mardi 16 septembre 2014

Étienne Chouard désabuse les gogos

« (...) l'opposition de la droite et de la gauche, telle qu'elle
fonctionne aujourd'hui, ne constitue plus, pour l'essentiel,
qu'une réactualisation de certains clivages qui, à la fin du
XIXe siècle, divisaient déjà le vieux «parti du mouvement»
(on dirait maintenant le parti de la croissance et de la mondialisation). »

Jean-Claude Michéa, Nouvel Observateur, 22/09/2011, nº 2446, pp 56-7

 
Voici un extrait de l'intervention d'Étienne Chouard sur le plateau de l'émission Ce soir ou jamais (France 2), le 5 septembre 2014. Ce sont surtout ses trois premières minutes, environ, qui nous intéressent.
Chouard, professeur d'Économie et de Droit dans un lycée à Marseille, explique comment le système en place reproduit le suffrage censitaire par d'autres moyens ; des élus qui doivent leur poste à l'argent distribué par la Finance servent les intérêts de et rendent des comptes à ceux qui les font élire. Au demeurant, ce n'est pas par hasard que ceux-ci contrôlent également tous les grands média.
Le clivage "Gauche"/Droite, PS/UMP n'est que de la poudre aux yeux destinée à duper les gens (qui ont, paraît-il, la foi facile), vu que ces partis ne feront jamais que la même politique de Droite dure.
Chouard affirme que « la faute est à nous de ne pas écrire notre Constitution », de la laisser écrire par les pantins des industriels, des banquiers, bref, des multinationales, les seuls hommes qui ne devraient surtout pas l’écrire.
Donc, pour ceux qui nous gouvernent, la situation n'est pas catastrophique, bien au contraire, ils réussissent leurs objectifs en tant que "représentants des riches". Ce sont les vôtres ?


Aucun commentaire: