lundi 14 octobre 2013

ALCINE43 et ses courts métrages en français

Le jeudi 14 novembre, nous nous déplaçons à Alcalá pour notre rendez-vous annuel avec ALCINE, le Festival de Cine de Alcalá de Henares, qui nous invite à voir les courts métrages francophones de sa section "Idiomas en corto". Au programme, sept films qu'on envisage de projeter en deux séances, matinale et vespérale : celle qui nous concerne ; elle commencera à 17h30 dans le TEATRO SALÓN CERVANTES, c/Cervantes s/n (918 822 497).




Voici le programme en français pour cette 43e édition du festival :

1. Tout le monde dit je t’aime, de Cécile Ducrocq. France, 2010. 6 min. Fiction.
Marion quatorze ans, vient de recevoir un mot d’amour de son copain. Elle demande l’avis de sa meilleure amie, Joséphine. Les deux filles ne sont pas d'accord par rapport à l'interprétation de l'expression "je t'aime"... "Ce n'est pas un truc qu'on balance comme ça sur un texto"...
Voir le film en vidéo-streaming.

[Après visionnement, Matilde me signale : "Les adosgamines mâchonnent leurs mots de leurs dents couronnés de brackets: il en résulte un français braqué !"]

2. Cul de bouteille (‘Cuatro ojos’ en castillan), de Jean-Claude Rozec, illustrateur et animateur 2D. France, 2010. 9 min. Animation. Ce film a décroché de nombreux prix dont le Prix du court métrage d'animation pour enfants au festival international d'animation  d'Ottawa (en octobre 2010). C'est aussi l'un des premier films d'animation coproduit par l’unité de programme régionale "Destination Bretagne" (avec la société de production Vivement lundi !).
Synopsis : La nouvelle, terrible, est tombée : profondément myope, Arnaud doit porter des lunettes. Et pas n’importe quelles lunettes : une monture grossière qui lui décolle les oreilles et lui pince le nez, des verres si épais que ses yeux ne semblent plus que deux petits points noirs… Ces affreuses binocles, Arnaud ne les aime pas et il préfère de loin le monde flou et protéiforme de sa myopie, un monde peuplé de monstres, licornes et autres chimères qui apparaissent au gré de sa fertile imagination...

3. La dernière journée, de Olivier de Bourbeillon. France, 2006. 12 min. Documentaire.
Le 1er juillet 2005, le Marteau-Pilon N° 125 Schneider et Cie datant de 1867 a cessé son activité à l’ancien atelier des forges de l’arsenal de Brest. Le film raconte cette dernière journée, correspondant à celle des trois hommes qui travaillent sur cette machine.


4. Un bisou pour le monde, de Cyril Paris. France, 2007. 9 min. Fiction. Acteurs :
  • : L'institutrice
  • : Léo
  • : Nina
  • : Wei Fang
Une institutrice de CM2 présente à ses élèves les journaux quotidiens français. Un petit garçon de dix ans, Léo, déchire des morceaux du Monde. L'institutrice le punit et lui demande de refaire Le Monde. Il scotche avec application et vient fièrement lire les titres reconstitués. Sa reconstitution aura des effets inattendus sur Le Monde.



5. Fard, de Luis Briceno et David Alapont. France, 2009. 13 min. Animation.
Ce film a reçu 25 prix et mentions dont Prix SACD meilleur film d'animation francophone Clermont-Ferrand 2010, Grand Prix Beaumarchais Festival de Castres, Meilleur film pour adultes Tofuzi 2009, Prix du Public meilleur court Fantastique aux Nuits Magiques, Grand Prix du Public Future Film Festival (Italie), Prix de la Jeunesse Bruz 2010, Meilleur court d'animation MareMetraggio 2011 (Italie).

Dans un futur proche, le monde semble fonctionner de façon efficace et contrôlée jusqu’au
moment où une étrange lampe révèle une autre réalité...


6. Allan, de Frédéric Azar. France, 2006. 9 min. Fiction. Azar a aussi réalisé plusieurs épisodes de la série télévisée Scènes de ménage (2009 - 2011).
Un chômeur qui a cinquante ans se lance dans une opération de rajeunissement (à base de crème anti-ride et de teinture capillaire) pour décrocher un emploi...



7. Madagascar, carnet de voyage, de Bastien Dubois. France, 2009. 12 min. Animation.
En 2010, le film a reçu le premier Valois René Laloux récompensant le meilleur court-métrage d’animation au Festival du film francophone d'Angoulême ; en 2011, il est nommé aux Oscars dans la catégorie meilleur court-métrage d'animation.
En fait, c'est la mise en images animées d’un carnet de voyage, d'un parcours, celui d’un auteur qui a choisi Madagascar (Madagasikara en malgache) comme territoire de ses pérégrinations ; ce vazaha est un artiste qui a su nous tricoter avec talent un road-movie bigarré au pays du Famadihana (« retournement des morts », la célébration funéraire malgache) et des lémuriens.


Madagascar : Carnet de Voyage, par Bastien Dubois

Aucun commentaire: