mercredi 10 janvier 2018

Secrets d'Histoire

Pilar vient de nous filer un bon tuyau à l'heure de regarder, voire suivre une émission francophone. Elle nous suggère de voir Secrets d'Histoire (le mardi à 20h55 sur France 2. #secretsdhistoire), dont voici l'À Propos :
Secrets d'Histoire est une émission de télévision présentée par Stéphane Bern. Chaque numéro retrace la vie d'un grand personnage de l'histoire et met en lumière des lieux hautement emblématiques du patrimoine.
Magazine Secrets d'Histoire
Accessible à tous, le magazine Secrets d’Histoire vous entraîne au cœur des épisodes mystérieux de l’histoire à travers des reportages, des enquêtes, des quizz… et bien plus encore ! En savoir plus
 Merci Pilar !

3e Journal des infos dont on parle plutôt peu

Loin du psittacisme médiatique, il y a bon nombre d'événements qui nous interpellent autrement dont on ne parle que peu ou sous un angle qui nous enfonce carrément dans l'intox. Nous passons internet au peigne fin dans le but d'y repérer et choisir des faits, sujets ou positions hors actu qui vont constituer la matière de notre journal des infos dont on ne parle que plutôt peu. En voici notre troisième sommaire de cette année scolaire (pour le 12.01.18) et merci à mes élèves pour leurs contributions !




mardi 19 décembre 2017

Le massacre de Thiaroye (1944)

Voici Camp de Thiaroye, un film d'Ousmane Sembène, scénario de Thierno Faty Sow, réalisé en 1988 (durée : 147'). Nous devons la musique à Ismael Lô.



Voilà. En effet, il tourne autour d'un massacre survenu le 1er décembre 1944 au Sénégal. Ces jeux de massacre ont toujours constitué une pratique civilisatrice par excellence, y compris dans des contextes de Libération.
C'était la II Guerre mondiale. La France avait eu recours à sa « Force noire » (1), donc, aux tirailleurs sénégalais, des unités d'infanterie formées d'hommes enrôlés dans ses différentes colonies africaines, c'est-à-dire, parmi une population qu'on appelait servile. Ce corps militaire avait été institué, à la demande de Louis Faidherbe, gouverneur du Sénégal (1854-1861 et 1863-1865), par un décret de Napoléon III signé à Plombières-les-Bains le 21 juillet 1857 —seize jours après la parution d'un article terrible dans Le Figaro contre les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire, soit dit en passant.
Léopold Sédar Senghor surnommerait ces tirailleurs les « Dogues noirs de l’Empire ».
Donc, pour se défendre contre la Wehrmacht, la France mobilisa 178 000 Africains et Malgaches (et 320 000 Maghrébins) en 1939-1940. "Selon des estimations fragiles, établies à l'issue des combats, entre 30 000 et 50 000 Africains et Malgaches [prirent] le chemin de la captivité, tandis que près de 5 000 auraient péri pendant les deux mois d'affrontements", mai-juin 1940, dans la ligne Maginot.
Les détenus endurèrent toute sorte de sévices : en effet, ils subirent un traitement particulièrement inhumain de la part des Allemands qui, moins de 40 ans avant, entre 1904 et 1908 (Hitler avait 15-19 ans), avaient mené à bout leur premier génocide du XXe siècle dans leur colonie du Sud-Ouest africain, l'actuelle Namibie. Les Nama et les Herero furent quasiment anéantis : près de 100 000 morts sans sépultures, dont une partie dans des… camps de concentration.
Quand on réfléchit au sort des Africains tombés aux mains des Nazis, on a la chair de poule. L'historien allemand Raffael Scheck (Freiburg im Breisgau, 1960) a étudié les massacres de tirailleurs sénégalais par la Wehrmacht en 1940 dans son livre Une saison noire : les massacres des tirailleurs sénégalais, mai-juin 1940 (trad. de l'anglais), Tallandier, 2007.
Voici, par exemple, une chronique effrayante de Lyon capitale qui rend compte du massacre des soldats africains à Chasselay en juin 1940 :
Lyon, 19 juin 1940. Les Allemands prennent la préfecture ; l’occupation de Lyon est officielle. La veille, des réservoirs d’essence situés quai Rambaud ont été incendiés. La fumée masque le soleil dans certains quartiers adjacents. Il faudra attendre le 7 juillet pour que les soldats se retirent ; Lyon fera alors partie de la zone libre. L’armée française ne parvient pas à tenir tête à l’invasion allemande. En son sein, des tirailleurs sénégalais recrutés dans les colonies. Contrairement à ce que leur nom indique, ceux-ci ne sont pas issus d’un seul pays, mais de toute l’Afrique noire, et dépendent des troupes coloniales.

Les victimes oubliées de la Seconde Guerre mondiale

À la fin de la Première Guerre mondiale, des troupes françaises issues des colonies d’Afrique sont stationnées en Allemagne, notamment en Sarre. À propos de leurs enfants nés d’unions avec des femmes de la région, Hitler écrira dans Mein Kampf qu’il s’agit d’“un complot juif visant à bâtardiser l’Europe”. Rapidement, ils vont être mis au ban de la société et devenir des boucs émissaires. À partir de 1935, suite aux lois de Nuremberg, les mariages mixtes entre Noirs et Blancs sont interdits. En 1937, la Gestapo effectue des rafles et fait stériliser de force les Noirs. Considérés comme des animaux, traités de “honte noire”, ils sont capturés et envoyés en camp de concentration.

Les soldats des colonies, cibles prioritaires ?

En France, les troupes des colonies vont être les premières victimes de la répression nazie. Pour certains historiens, telle Catherine Coquery-Vidrovitch, 65 000 tirailleurs s’engagèrent au combat entre mai et juin 1940 ; 29 000 seront massacrés. Les consignes de Goebbels ont été claires : il faut “dénoncer les Français comme des sadiques négrifiés [...] cette racaille de couleur”. L’infanterie SS a pour ordre de “ne prendre vivant aucun prisonnier nègre”. Dès lors, les soldats capturés sont automatiquement fusillés. Entre le 12 et le 16 juin 1940, 105 hommes du 26e régiment résistent contre les nazis près de Chartres et donnent une leçon de bravoure aux Allemands. Lorsque ces derniers réussissent à renverser la situation, ils massacrent les hommes en prétextant qu’il s’agirait de violeurs de femmes et d’enfants.
Au début de la guerre, des mises en scène sont régulièrement organisées après les captures de “Sénégalais”. Les troupes coloniales sont montrées comme des “sauvages”, usant du “coupe-coupe”, mutilant et violant sans aucune pitié. Lorsqu’un officier nazi a besoin de montrer l’exemple dans les rangs de prisonniers, les Noirs sont abattus en priorité. Chaque acte de rébellion de leur part engendre inévitablement l’exécution de plusieurs d’entre eux. La convention de Genève sur le statut des prisonniers de guerre ne sera jamais respectée, et la population française ne protégera que rarement les survivants et autres évadés. Résolus à attiser la haine envers le soldat noir, les Allemands se plaisent à détruire les plaques d’identification des tirailleurs et abandonnent leurs corps à l’air libre.

L’héroïque résistance du 25e régiment de tirailleurs sénégalais

Le 19 juin 1940, à Chasselay-Montluzin, près de Lyon, alors que l’armée française recule, la 3e compagnie du 25e régiment de tirailleurs sénégalais ne reçoit pas l’ordre de retraite. Le régiment d’infanterie Gross Deutschland avance vers eux en compagnie de la division SS Totenkopf (connue pour avoir massacré une centaine de prisonniers britanniques au lieu-dit le Paradis). Ils vont rencontrer une résistance inattendue. Alors qu’ils n’ont presque aucune expérience du combat, les soldats africains vont résister avec une rage inédite. Pourtant, Pétain a demandé le cessez-le-feu, Lyon est abandonnée aux Allemands et déclarée ville ouverte. La Panzerdivision est déjà aux portes de la ville.
L’une des dernières batailles se déroulera au couvent de Montluzin à Chasselay. À l’intérieur, les religieuses soignent les blessés. Un officier allemand arborant un drapeau blanc s’approche d’un barrage français et proclame que l’armistice a été signé – ce qui est faux (elle ne le sera que le 22 juin). Le nazi hurle de ne pas tirer. Pourtant l’adjudant français Requier fait feu. L’homme s’écroule, les mitraillettes allemandes s’abattent sur le régiment. Les tirailleurs se battent, utilisant le couvent comme place forte, et surprennent les nazis, qui tentent plusieurs contre-attaques en vain. Ils doivent se résoudre à envoyer les blindés. Le 19 juin, les Allemands réussissent à prendre les lieux, abattent les tirailleurs et deux des trois officiers blancs accusés d’avoir dirigé des “nègres”.
Un dernier groupe, commandé par le capitaine Gouzy, s’est retranché à proximité, dans le château du Plantin. Le caporal mitrailleur Scandariato apporte un précieux témoignage sur la suite : “Nous étions environ une vingtaine de Blancs d’encadrement et un grand nombre de tirailleurs sénégalais. Le capitaine nous demanda quels étaient les volontaires pour le dernier baroud d’honneur, la coloniale ne se rendant pas sans un dernier combat. Tous répondirent présents et nous prîmes nos dispositions de combat tout autour du parc.” Les nazis perdront une centaine d’hommes et auront cinquante blessés. Les tirailleurs se battent jusqu’à ne plus avoir de munitions.
Contraints de se rendre, ils sont immédiatement capturés. Huit officiers français ainsi que soixante-dix soldats africains sont amenés dans un champ. Les officiers sont sommés de se plaquer au sol tandis que les nazis obligent les tirailleurs à fuir en courant. Les mitraillettes des chars ouvrent alors le feu, abattant les hommes dans le dos. Les blindés avancent et achèvent les blessés sous leurs chenilles. Le capitaine Gouzy se rebelle et reçoit une balle de pistolet dans le genou pour seule réponse. Le 20 juin, c'est au tour de 27 tirailleurs d'être fusillés montée de Balmont à Vaise.
Après les massacres de Chasselay, Françoise Meifredy, membre de l’Amitié africaine cherchera les survivants et les aidera à se cacher. Aujourd’hui, il est encore difficile de savoir combien ont survécu. Plus d’une centaine de prisonniers trouvèrent la mort près de Lyon, dans l’indifférence générale. Ils furent les derniers à tomber pour la France avant l’armistice.
Donc, d'anciens combattants africains (entre 1 200 et 1 800, selon les différents rapports, d'après le récit de l'historien Martin Mourre), des héros de guerre au bout du compte (dont nombreux avaient participé au débarquement de Provence), furent rapatriés de France : ils quittèrent Morlaix le 5 novembre 1944 et arrivèrent à Dakar le 21 novembre 1944. Ensuite, ils furent basés au camp de Thiaroye, à 12 km de Dakar, avant de procéder à leur démobilisation. Un rapatriement étrange étant donné que la guerre n'était pas encore finie. Cherchait-on à blanchir l'armée à ce moment-là ?
Disons, d'ailleurs, comme curiosité, qu'au début de la guerre, Dakar était restée entre les mains des vichystes et avait été bombardée par De Gaulle-Churchill... Le 25 septembre 1940, L'Écho de Nancy publiait une information datée la veille à Vichy où l'on pouvait lire :
Vichy, 24 mars [coquille : c'était septembre] — Une escadre britannique s'est présenté, hier après-midi, devant Dakar. L'ex-général De Gaulle, qui dirigeait l'expédition, a envoyé un ultimatum aux autorités de la ville, leur commandant de rendre Dakar aux Anglais.
L'ultimatum a été refusé.
Les bateaux anglais ont aussitôt ouvert le feu sur la ville.
Le Conseil des ministres, dès qu'il fut alerté, s'est réuni à Vichy.
Eh ben, à Thiaroye, les soldats de notre histoire réclamèrent de nouveau la solde à laquelle ils avaient droit et ce fut alors que se produisit ce "massacre colonial" (crime de masse prémédité, selon Armelle Mabon) : au lieu de les payer, on ouvrit le feu sur eux, qui étaient désarmés. Le général Dagnan, responsable de la division Sénégal-Mauritanie, déclara qu'il avait été retenu en otage, mais il n'y a aucune preuve solide là-dessus. D'ailleurs, les sources officielles sont pleines de contradictions (comme ont constaté les historiens Armelle Mabon, Martin Mourre ou Cheikh Faty Faye). Ce qui est sûr, c'est que le 1er décembre à l'aube, vers 5h, 5h30 du matin, on déclencha une répression sanglante comprenant l'usage même de chars et de chevaux. Puis, on rassembla ces hommes sur une esplanade et on les faucha d'une rafale, au moins, de mitrailleuse. Chiffre officiel : 35 morts. L'historien Martin Mourre répond néanmoins : plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de morts ; crime [aussi] "de papier", le nombre des morts reste flou. On fit tout pour brouiller les pistes. Tout très bien pesé et considéré, Mourre calcule la possibilité de 350-400 morts, bien qu'il n'ait pas pu le démontrer encore.
Le 1 décembre 2016, Le Monde publia une tribune signée par les familles de morts, des condamnés et des rapatriés spoliés de Thiaroye 1944. La voici :
En ce jour anniversaire du massacre d’anciens prisonniers de guerre à Thiaroye au Sénégal, le 1er décembre 1944, nous, familles des victimes, avons décidé d’alerter l’opinion publique afin que cesse toute désinformation, toute manipulation, toute falsification autour de ce crime commis par la France. Plus de soixante-dix ans après les faits, nous demandons que cesse ce mensonge d’Etat qui se perpétue encore en 2016. Ces hommes, originaires de l’Afrique-Occidentale française, ont été mobilisés pour venir défendre la France en 1939 et ont été faits prisonniers par les Allemands en juin 1940. C’est en métropole qu’ils ont passé leur temps de captivité, les nazis ne voulant pas « d’indigènes » sur leur sol. Alors que certains avaient rejoint la résistance après leur évasion, ce contingent d’anciens prisonniers de guerre a quitté Morlaix le 5 novembre 1944.
Après plusieurs années de recherches et de fouilles d’archives publiques et privées en France, au Sénégal et au Royaume-Uni, l’historienne Armelle Mabon, de l’université Bretagne-Sud, a pu établir que ce drame est bien un crime de masse prémédité puis maquillé en rébellion armée. Une machination a été mise en place pour dresser un bilan mensonger de 35 morts et camoufler les 300 à 400 victimes jetées dans des fosses communes.
Le gouvernement provisoire a couvert la réalité des faits. Il a notamment édité une circulaire trois jours après le massacre, faisant croire que ce contingent avait perçu l’intégralité des soldes de captivité, rendant ainsi les revendications illégitimes. Le procès qui a suivi en mars 1945, entièrement à charge, a conduit à la condamnation et à la dégradation militaire de 34 innocents.
Lors de son premier voyage officiel en terre africaine en 2012, le président François Hollande avait promis de restituer les archives au Sénégal et parlé de « répression sanglante » pour qualifier le mitraillage des tirailleurs sénégalais réunis au camp de Thiaroye, dans la banlieue de Dakar. Le 30 novembre 2014, à l’occasion du 70e anniversaire, le président a de nouveau employé ce terme au cimetière de Thiaroye. Deux ans plus tard, le 10 novembre 2016, le ministre des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, évoque encore une « répression sanglante ».
« Thiaroye 44 » n’est pas une « répression sanglante ». Nos pères et grands-pères n’ont jamais contrevenu aux règles. Ils ne se sont pas mutinés. Ils ont eu simplement ce courage de réclamer des droits pécuniaires que les autorités ne voulaient pas leur verser et dont ils ont été spoliés définitivement. Cet argent est resté dans les caisses de l’Etat français.

Le 30 novembre 2014, si le président Hollande a reconnu que les rapatriés n’avaient pas perçu leur dû, il a aussi réactivé un mensonge d’Etat en annonçant solennellement que ces hommes s’étaient rassemblés pour crier leur indignation alors qu’ils ont été rassemblés par les officiers qui ont donné l’ordre de tirer avec des mitrailleuses. Au cimetière militaire de Thiaroye, le président de la République française a indiqué que les victimes n’étaient pas dans les tombes anonymes et que l’endroit de leurs sépultures demeurait mystérieux. Les tombes n’ayant pas été fouillées, l’Etat français connaît donc l’endroit des fosses communes.Le président Hollande savait-il que les copies d’archives remises au Sénégal sont en réalité le récit d’une histoire falsifiée, avec des rapports mensongers écrits sur ordre, des enquêtes menées à charge, des documents tronqués ?
Alors que le ministre de la défense ne répond pas à nos sollicitations, nous dénonçons l’obstruction à la manifestation de la vérité sur un crime commis.
Le ministère de la défense refuse de rendre consultables les archives conservées par les forces françaises au Sénégal jusqu’à leur dissolution, en 2011. Ces documents contiennent la cartographie des fosses communes et vraisemblablement d’autres pièces sensibles, comme la liste des victimes. Il refuse également de donner le motif d’une sanction infligée à l’un des officiers des forces françaises, bénéficiaire de la même loi d’amnistie que les tirailleurs condamnés. Or une amnistie ne peut en aucun cas effacer le fait matériel afin de préserver les droits des tiers et les condamnés demeurent coupables. Cette entrave est particulièrement grave : elle a contribué au rejet de la requête pour le procès en révision du plus lourdement condamné au prétexte d’absence d’éléments nouveaux. Ce rejet n’est pas susceptible de recours.

Le discours du ministre Jean-Marc Ayrault [le chef de la diplomatie française s’est rendu à Thiaroye le 10 novembre] est certes encourageant : « Nous avons failli à nos devoirs, tout simplement. Le devoir d’égalité, le devoir de reconnaissance. (…) Ceux qui parlent de repentance se trompent de chemin. Ce que nous disons ce soir, c’est la justice, tout simplement. »Mais les discours ne rendent pas la justice et n’exhument pas les corps. D’après la loi, le garde des sceaux peut saisir la commission d’instruction, en vue du procès en révision. Or le directeur de son cabinet a rejeté cette possibilité le 19 décembre 2014, prétextant l’éventuelle compétence de la Cour suprême du Sénégal.
Alors que se prépare la visite d’Etat en décembre 2016, du président de la République sénégalaise, Macky Sall, nous, familles des victimes, demandons un sursaut éthique de l’Etat français afin de :
  • rendre consultables toutes les archives sur l’affaire Thiaroye ;
  • proposer son aide au Sénégal pour l’exhumation des corps ;
  • donner la liste des morts et leur attribuer la mention « Mort pour la France ». Il n’y a rien de plus tragique que des morts sans nom ;
  • saisir la commission d’instruction de la Cour de révision et de réexamen pour les 34 condamnés ;
  • réparer les spoliations
  • modifier les textes exposés au Mémorial du cimetière de Thiaroye ;
  • cesser de porter atteinte à la mémoire de ces hommes et des officiers qui ont eu le courage de les défendre ;
  • nommer les responsables aujourd’hui de cette obstruction à la manifestation de la vérité sur un crime commis.
Une mémoire collective ne peut trouver d’apaisement avec un mensonge.
Tribune signée par les familles des morts, des condamnés et des rapatriés spoliés de « Thiaroye 44 », notamment les familles d’Antoine Abibou, Tindaogo Bélem, Fasséry Coulibaly, Kotou Diakité, Doudou Diallo, Souleymane Doucouré, Mbap Senghor et Pierre Zoungrana.



(1) Pour reprendre le mot du général Charles Mangin, auteur de Force Noire, Hachette, Paris, 2010 (lieutenant-colonel à l'époque). Il serait aussi le colonel Mangin des quatre bataillons du massacre d'Agadir du 30 mars 1912 contre les gens de Ma el Aïnine, raconté par Le Clézio dans Désert. Ou, déjà général, le boucher de Verdun.
Là-bas, si j'y suis, de Daniel Mermet, a consacré à la Force Noire cet entretien le 11 novembre 2004, rediffusé à deux reprises (le 11/11/2008 et le 11/11/2013).

__________________________________
Références pour en savoir plus :

samedi 16 décembre 2017

Des nullités surévaluées nous emmènent vers la Terre Gaste

¿La banca aprendió algo del 2008?
Aprendieron que pueden salirse con la suya hagan lo que hagan. 
Que los ciudadanos somos idiotas. Y que no importa cuán mal lo hagan, 
seguiremos aceptándolo.
¿Nada ha cambiado?
Algo sí ha cambiado. Antes del 2008 pensaban que si provocaban
un crash y multitud de escándalos quizás nos enfadaríamos y los
encarcelaríamos. O que votaríamos a otros políticos. Ahora saben que
incluso haciendo las cosas mal, nada les pasará. Eso es lo que ha cambiado.

Propos recueillis par Luis F. Florio pour La Vanguardia,
 09/05/2016 à 00h05, mis à jour le 11/05/2016 à 09h55)






L'actu nous renvoie encore à Archimède :
Les inégalités explosent dans le monde, l’instabilité politique menace
La parution d’un rapport fruit du travail d’une centaine d’économistes de tous pays jette une lumière crue sur l’un des thèmes majeurs de ce début de siècle.
(...)
Presque toutes les parties du globe ont connu une montée des inégalités de revenus lors des dernières décennies. Leur évolution peut se résumer en un graphique : la fameuse « courbe de l’éléphant » (son tracé évoque la tête et la trompe du pachyderme), popularisée par l’économiste Branko Milanović et réactualisée dans le rapport.
(Le Monde Économie, 14.12.2017 à 06h39 • Mis à jour le 14.12.2017 à 11h08 | Par Marie Charrel, Marie de Vergès et Philippe Escande)

Où il est question, d'un côté, d'un transfert massif de la richesse publique vers le privé, et de l'autre, d'une énorme concentration de la richesse mondiale entre les mains d'une petite minorité, au détriment donc d'une immense majorité qui trime et rame.
Et pourtant, on savait. C'est Forbesworld.
L'Argent a toujours su pomper de l'argent. Et la prédation financière dispose —depuis surtout les années 80, grâce au développement galopant des dérégulations, des nouvelles technologies, des mathématiques appliquées à l'immatériel et au non-réel (sublime alchimie créatrice de bulles à répétition)...— de tous les atouts nécessaires à la satisfaction de son but, au vol de sa flèche, au vol.
Ajoutons que cela facilite le contrôle par la Finance de la Vérité et donc, le triomphe d'une idée triste et cuistre de Progrès qui vient à bout de la planète. Sa mise en œuvre nous amène à la Terre Gaste.
Bref, la persévérance dans son être du Système Financier ne connaît pas de repos ni sur le plan des faits, voire les faits accomplis, ni sur celui de la com, matraquage qui vexe, dégrade, accable nos jours et empoisonne nos cauchemars. Affreux pompon.
Et pourtant, quand les masters et mastères de l'univers s'expriment, on se demande vraiment pourquoi de tels fats et de telles fates s'élèvent (sont élevés) à la condition de gourous (maîtres à dispenser de penser), d'où découle la survalorisation de telles inanités, quelle fibre soutient un tel engouement, bref sur quoi repose cette plus-value de la couillonnade débile, la bourde ou la tautologie criminelle et sans état d'âme. Sur l'éblouissement du blé fabuleux qui rémunère ces lumières ? Sur la peur d'en finir avec la routine (et sa feuille de routine) ? Sur la mare d'une intox prolongée tous azimuts qui fait office de substance incontournable (et dispense aussi de penser) ? Sur le respect des mantras ? Sur le prestige du prestige ? Il s'agit certainement d'un cocktail de tout cela.
Pour illustrer ce mélange de lapalissades autothuriférées, défis puérils et motivations écœurantes —qui triomphe et qui n'en est pas moins atroce et répulsif—, permettez-moi de vous faire lire un extrait en castillan d'une enquête menée par le journaliste d'investigation et anthropologue néerlandais Joris Luyendijk (Amsterdam, 1971) et résumée dans un ouvrage qu'il a publié en 2015 sous le titre Dit kan niet waar zijn: onder bankiers ("Cela ne peut pas être vrai : chez les banquiers").
Ce livre a été traduit ensuite en plusieurs langues dont le castillan (Entre tiburones. Una temporada en el infierno de las finanzas, Malpaso Ed., El Hombre del Tr3s, 2016. Traduit par Mario Santana) et le français (Plongée en eau trouble. Enquête explosive chez les banquiers, Plon, 2016. Traduit par Lorraine de Plunkett).
L'extrait que je vous ai choisi correspond à son interview d'une brillante financière. Elle avait un peu moins de la quarantaine, avait fait ses études dans une université d'élite et était passée directement à l'une des banques les plus puissantes du Royaume Uni. C'est ainsi qu'elle jactait :
"A la gente como yo nos han entrenado para procesar información en cuestión de segundos —dijo—. Somos los atletas olímpicos de la información y es una carrera para ver quién llega primero. Es también una lucha.." Había empezado trabajando como analista en un banco de relieve donde tenía cinco minutos para interpretar cualquier noticia, interpretación que el equipo de ventas transmitía lo antes posible a la comunidad inversora global. "Mi estado mental y físico cambia cuando veo una noticia importante —afirmó— y a veces mi cuerpo lo siente incluso antes de que pueda pensarlo."
"Es importante advertir el poder y la influencia que puede tener un analista que trabaja en uno de los bancos más prestigiosos del mundo", dijo con una voz que cada vez se iba animando más. "Si mi recomendación sobre una compañía cambia de "indiferente" a "comprar", las acciones pueden subir un 5%, y en ese momento sé que gracias a eso los inversores y quizá el director general de esa compañía han ganado millones." Me miró a los ojos y preguntó: "Imaginemos que te enteras de que en este momento Israel está a punto de lanzar un ataque sobre Irán, ¿qué harías?". Después de pensarlo un momento le respondí: "No lo sé, supongo que llamar a casa y comprobar que mi familia está bien". Me miró desconcertada, como si la hubiera pillado por sorpresa:"Bueno, es que tú vives en el mundo real. Lo primero que yo pensaría es que hay que adquirir opciones de compra de petróleo porque puede haber interrupciones en el suministro, y comprar acciones en empresas de defensa o que tengan contratos con el ejército norteamericano. Luego mi cerebro se va por tangentes increíbles: ¿cómo van a cambiar las valoraciones y los supuestos que han guiado hasta ahora mis inversiones? Cada posible resultado del ataque israelí pasa por mi cabeza, y a todos ellos les voy asignando probabilidades. ¿A quién se le van a encargar las labores de reconstrucción? Si el régimen cambia y se convierte en proamericano, probablemente será Halliburton, así que ésa es una buena oportunidad de compra. Y así sucesivamente".
Después de trabajar un tiempo en el banco, había pasado a un fondo de inversión de alto riesgo donde gestionaba e invertía el dinero de los clientes. Ahí es donde trabaja la gente más lista del mundo financiero, me dijo en confianza: (...) El mundo de las finanzas es muy exigente y muy apasionante —dijo contenta—. Hay muchas personas sagaces, todo funciona con eficiencia. Desde que tengo veintiún años me he alojado en hoteles de cinco estrellas y he viajado en clase business. He salido con un hombre que tenía un jet privado...".
Ce ne sont pas des lumières, mais des tarés surévalués et gonflés à bloc (1).
Entretemps, dans les Alpes, par exemple, au col de l'Échelle, juste en ce moment, on ne joue pas au Monopoly avec la vie des autres. C'est la vraie vie qui s'y joue, un monde réel où les défis ne sont pas des bravades.

_____________________________________
(1) À la lecture de ces niaiseries hyperventilées, je pense au paon de Pierre Perret, variante cocasse de la fable XVII de La Fontaine (Le paon se plaignant à Junon). La chanson de Perret dit exactement :
Un paon plus beau qu'un arc en ciel / Au plumage allumé de mille feux subtils / Plus gracieux qu'un joli papillon du Brésil / Se savait admiré et dégustait du miel oui du miel / Pourtant en l'écoutant jacter / On eut cru qu'il avait boulotté un frelon / Ou pire un jour funeste où il avait chanté / Une arête coincée au fond du corgnolon / Quel affront
Refrain
T'es fier comme Artaban
Paon paon paon paon paon paon paon paon mais
Tu nous ruin's les tympans
Paon paon paon paon paon paon paon paon bien
Sûr ça lui bottait pas lerche au plumeau ambulant / Non content d'être beau il exigeait hélas / Qu'on le jugeat doué hyper intelligent / Surtout ce qu'il voulait c'est chanter chan- / Ter chanter comm'La Callas / Sans penser que l'génie bien souvent c'est l'angoiss' / Napoléon lui mêm'un génie peu courant / Chantait fort angoissé comme un fer à r'passer / En pleurant
Refrain
Tant il fit des vocalises avec des cris de mouett's / Son prof avait l'moral dans le fond des chaussettes / Au lieu de s'arracher tout's les plum's du croupion / L'oiseau lui se jugeait l'exception / Enfin l'orgueilleuse crécell' / Acheva sa carrièr' un beau soir de Noël / Bien doré à la broch' avec un brin de thym / Et une noix de beurr' / Et là il fut enfin le meilleur
Refrain
Sois fier comme Artaban
Paon paon paon paon paon paon paon paon
Car t'es l' régal des gourmands
Paon paon paon paon paon paon paon paon
(Pierre Perret chante 20 fables inspirées de Jean de La Fontaine, Version Pierrot, Adèle, 1995.)

jeudi 14 décembre 2017

2e Journal des infos dont on parle plutôt peu (2017-18)

Loin du psittacisme médiatique, il y a bon nombre d'événements qui nous interpellent autrement dont on ne parle que peu ou sous un angle qui nous enfonce carrément dans l'intox. Nous passons internet au peigne fin dans le but d'y repérer et choisir des faits, sujets ou positions hors actu qui vont constituer la matière de notre journal des infos dont on ne parle que plutôt peu. En voici notre second sommaire de cette année (pour le 20.12.17) et merci à mes élèves pour leurs contributions !

lundi 4 décembre 2017

Macron, Mbembé, Sarr et Tsimi

Le premier et récent voyage éclair en Afrique (quelque trois jours au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Ghana) du président français Emmanuel Macron comporta, juste avant son discours à Ouagadougou (Burkina Faso), une réaction écrite co-signée par Achille Mbembé (historien et philosophe politique camerounais, auteur de Critique de la raison nègre) et Felwine Sarr (économiste et musicien sénégalais), publiée par Le Monde le 27 novembre.
Cet appel entraîna, à son tour, le lendemain, l'acide réponse de Charles Tsimi (de race curieuse, athée de conviction, diplômé en Sciences Politiques) sur son blog hébergé par Mediapart.
J'ai le plaisir de vous copier-coller les deux textes en question afin que vous puissiez peser et penser ce contraste...

« Africains, il n’y a rien à attendre de la France que nous ne puissions nous offrir à nous-mêmes ! »

Avant le discours du président Macron à Ouagadougou, les philosophes Achille Mbembé et Felwine Sarr estiment que la France reste un problème pour le continent.

Tout d'abord, lecteurs de Mediapart, il faut savoir qu'il y a le Monde et le Tiers-Monde. Il y a l'ONU et  la Communauté internationale.  Il y a lemonde.fr et lemonde.fr/afrique. A ne pas confondre. Certes, il s'agit du même groupe, mais comme indiqué, ce n'est pas le même monde, enfin si, mais disons qu'ils ont jugé là-bas, que l'Afrique avait besoin d'un peu d'intimité. Ou alors, c'est simplement qu'il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes. L'un est effectivement destiné au Monde, on y parle de Trump, du CETA, des Rohingyas, de l'Union Européenne, du Qatar, de Daesh, des choses sérieuses quoi! et l'autre est destiné à l'Afrique,. Unique continent qui bénéficie, de la part du grand groupe de presse, de cette attention délicate.
Les mauvais esprits croiront qu'il s'agit d'un apartheid,  ou tout au moins, d'une discrimination POSITIVE. Personnellement, je crois que le Monde est un journal qui aime l'Afrique.C'est de notoriété publique. La Francophonie c'est sacré! Et quand on aime, on le prouve. C'est fait.
Sur lemonde.fr/afrique donc, la parole est régulièrement donnée à certains intellectuels "africains" , lesquels s'amusent  à parler, à penser au nom des "africains", pour les "africains" aux officiels du Monde, de l'Occident. Parmi ces intellectuels, figurent deux noms désormais célèbres, deux pourvoyeurs attitrés de la "pensée africaine", deux diseurs de ce qu'il faut faire, deux prescripteurs, deux censeurs, deux archevêques, deux think-thankers, deux compagnons: l'historien camerounais Achille Mbembe et l'économiste sénégalais Felwine Sarr. Ils dirigent  l'un et l'autre Les Ateliers de la pensée de Dakar, une sorte de kermesse intellectuelle qui réunit les Afro-consort éparpillés dans le monde.

Felwine Sarr et Achille Mbembe: les doux panseurs
Ils ont donc publié, à l'occasion de la visite du président Emmanuel Macron en Afrique, une tribune: Africains, il n’y a rien à attendre de la France que nous ne puissions nous offrir à nous-mêmes !  sur le site lemonde.fr/Afrique. Bien!
Vu les auteurs, en vérité, j'aurais pu ne pas lire l'article. Mais, comme j'ai été apostrophé par un vocable des plus insignifiants :"Africains,"....il me fallait, au moins par curiosité imbécile, lire la suite : "il n’y a rien à attendre de la France que nous ne puissions nous offrir à nous-mêmes ! ".  Leur histoire a commencé très mal, très très mal, me suis-je dit,. Qui attend quoi de la France? Les africains ? Qu'est-ce cette manière d’infantiliser, d'essentialiser des millions de Femmes, d'Hommes ? Ma pauvre mère, retraitée, ne connait pas ces deux messieurs, et elle  n'attend et n'a jamais rien attendu de la France, et des gens comme elles sont légions en Afrique, alors un peu de considération chers messieurs, pour ces anonymes légions qui ne vous ont pas sonnés. La fin de ce début de titre catastrophique : "...que nous ne puissions nous offrir à nous-mêmes!". Bref.... le titre de l'article m'a paru, très vite abscons et con, hélas, j'ai quand même décidé de poursuivre ma lecture.
J'ai lu la tribune, sans émotion particulière, sans interrogation subite....je m'ennuyais presque. A un moment donné, des mots, des bouts de phrases, quelques arguments ont commencé à m'agacer terriblement. Je ne comprenais pas comment deux têtes aussi illustres pouvaient se complaire dans une pensée aussi molle, futile, et s'octroyer le beau rôle de m'interpeller moi, africain, de la "nouvelle génération".
Ne pouvant  commenter tout l'article, car je le fais à titre gratuit, je vais juste m'attaquer à quelques arguments, bouts de phrases, paragraphes, éminemment ridicules de nos deux panseurs africains.  Que disent-ils:
-  "Dans la poursuite de ses intérêts en Afrique, la France a, depuis l’époque coloniale, clairement choisi ses alliés locaux. En règle générale, il s’agit non pas des peuples eux-mêmes ou encore des sociétés civiles, mais de potentats souvent cruels et sanguinaires. Entourés d’une caste servile déterminée à se reproduire indéfiniment au pouvoir, il s’agit, dans la plupart des cas, de tyrans disposés à traiter les leurs comme des captifs de guerre".
L'Histoire n'est pas avare de potentats cruels et sanguinaires, de véritables tyrans. ça ne sert à rien d'affubler l'Afrique de mots extravagants, alors que celle-ci souffre déjà, simplement, pour ce qu'elle est. Des dirigeants qu'on peut faire et défaire depuis l'étranger, des dirigeants que de petites associations étrangères peuvent poursuivre en justice, des dirigeants dont on peut bloquer des comptes et saisir quelques biens à l'étranger, des dirigeants soumis aux "droits de l'homme" et à la "démocratie", des dirigeants qui ont peur de leur population ...hé bien, pour moi, c'est autre chose que des potentats (souverain absolu d'un grand Etat).
Il n'existe pas de potentats en Afrique (peut-être le Roi du Maroc, et encore!). Pourquoi utiliser donc ce mot qui ne rend compte de rien? Dans l'optique de bien se faire voir. Et cruels? La cruauté des dirigeants africains est surtout une cruauté de médiocrité, d'impuissance, de cupidité. Ils ne sont pas cruels au sens des grands massacres qui jonchent l'Histoire....l'Afrique compte les dirigeants les moins criminels de toute l'Histoire de l'humanité. Ils sont ceux qui ont le moins massacré leurs peuples, et les peuples étrangers. Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont les plus vertueux, ni que cela constitue un mérite particulier. C'est simplement un fait qui peut se comprendre trop aisément:  moins criminels, car  moins puissants, moins conquérants. Si les conditions  étaient réunies, ils auraient été, sans nul doute, aussi cruels que Caligula, Bismark, Napoléon, Léopold II, Ferry, Pol-Pot, De Gaulle, Bush, Sarkozy....je passe sur le cas d'Hitler et de Staline. Sanguinaires? Là aussi, on peut faire le décompte,  et on verra qu'en litre de sang versé, les dirigeants africains sont de petits joueurs. Véritables tyrans? Archi faux! Ce sont surtout de médiocres tyrans. Là encore, on peut convoquer l'Histoire....Et la tyrannie, c'est autre chose que vivre au Cameroun, au Zimbabwe, en Angola. Je ne le  dis pas parce que je suis défenseur d'un quelconque régime famélique en Afrique, bien au contraire, soucieux de bien nommer le mal qui mine ces pays, je refuse d'utiliser des mots qui se baladent d'une bouche à l'autre, sans qu'on ne cherche à comprendre ce qui se cache derrière, et pourquoi on l'utilise.
- "L’un des procès les plus significatifs intentés contre la France par les nouvelles générations d’Africains est d’avoir lié son sort à celui de classes dirigeantes ..."
 Qu'est ce que ce charabia? nouvelles générations d’Africains, une réalité trop imprécise et trop confuse. Cela dit,  41% de la population en Afrique a  moins de 15 ans, et  les jeunes de moins de 25 ans représentent 65% de la population. Ces jeunes sont très peu politisés, ils sont surtout confrontés  aux problèmes d’accès à l’éducation, d’emploi et de soins de santé. Où est ce que nos deux panseurs ont vu "ces nouvelles générations qui intentent des procès significatifs à la "France"?  Ne confond-on pas ici les jeunes issus de l'immigration vivant à l'étranger,  et la "jeunesse africaine"? Il y a une différence spectaculaire entre la jeunesse urbaine de Douala (ou de Malabo,Abidjan...) et son rapport à la politique et la jeunesse africaine vivant à l'étranger. Tout comme il y a une différence entre la jeunesse urbaine de Douala et la jeunesse rurale de Mbandjock, au Cameroun. La jeunesse urbaine d'Abidjan et la jeunesse rurale de Côte d'Ivoire. Et les jeunes ruraux viennent, de plus en plus, dans les villes, non pour se liguer contre les pouvoirs en place ou contre la France, mais pour vivre plus confortablement. Ils échappent, à l'heure d'internet, à l'ennui des villages et regagnent nos étroites capitales, des pétaudières, pour se connecter avec le "monde".
-"Ne pas se tromper de diagnostic signifie aussi ne point faire de la France le bouc émissaire de tant de malheurs que nous aurions pu éviter, mais que, plus que de coutume, nous nous auto-infligeons." 
C'est Achille Mbembe et Felwine Sarr qui font semblant de croire qu'il y a assez de gens stupides pour se tromper de diagnostic. Et qu'il faudrait leur bonne parole à eux, pour nous guider vers le droit chemin. Aucun parti politique en Afrique ne prospère sur la base d'un anti impérialisme. Contrairement en France, où on voit des hommes politiques jouer avec la corde de l’immigration par exemple, pour des raisons "démocratiques". Il n'y a pas une opinion dominante, en Afrique en tout cas, qui fait de la France un quelconque bouc-émissaire...Dans les marchés, les lieux populaires, les gens ne se mettent pas du matin au soir, sous le soleil, pour raconter que c'est à cause de la France qu'ils sont ce qu'ils sont. Dans les bars, ça ne cause pas esclavage, colonisation...
Au Cameroun, pays africain je rappelle, il y a quelques années, un activiste très anti français, André Blaise Essama vandalisait quelques sites qui portaient la trace de la présence française à l'époque coloniale. Ce dernier, aux yeux de l'opinion, avait plus l'air d'un fou que d'un activiste. Ils n'étaient suivi, acclamé par personne. C'était une espèce de Kemi Séba, mais en plus authentique, qui n'intéressait personne...même pas mes camarades d'alors, en faculté de Sciences Juridiques et Politiques de Yaoundé II. Même pas par l'UPC, ce parti nationaliste qui a combattu les envahisseurs.
- "Mais, par-dessus tout, les nouvelles générations ont pris conscience que les rapports franco-africains postcoloniaux reposent sur très peu de valeurs que la France et l’Afrique auraient en partage. Dans un contexte de tarissement des rentes de la circulation, cette vacuité morale et le défaut de légitimité qui s’ensuit expliquent, plus qu’on ne l’a laissé entendre, le recul de l’influence française en Afrique."
Encore leur vague truc de "nouvelles générations". Et pour le reste, je ne comprends rien.
- "Plus que leurs aînés, les jeunes Africains savent que la survie de l’Afrique ne dépend pas de la France, tout comme la survie de la France ne devrait guère dépendre de l’Afrique. Elles ont compris que le fait d’avoir eu, à un moment donné, un passé en commun ne nous condamne pas à envisager un futur ensemble, surtout si ce futur doit se construire à notre détriment."
Sur quoi repose de telles affirmations? Leurs aînés, c'est à dire Quelle génération? Les "nouvelles générations", celles qui représentent plus de la moitié du continent sont surtout à éduquer, à soigner. Depuis leurs écrans de télévision, leurs smartphones pour ceux qui en ont, leur ordinateur, la France veut surtout dire le bien-être. Ils constatent les conditions matérielles d'existence qui diffèrent.  Ces "nouvelles générations" contrairement à ce que prétendent nos deux prescripteurs, n'ont pas davantage compris ce qu'ils appellent passé en commun et futur ensemble, faute d'intellectuels présents avec eux.
- "Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir à un moment où le processus de décolonisation de l’imaginaire africain est en phase d’accélération....".
Quels doux rêveurs! Quelle bêtise!  Le désir d'occident (voir Alain Badiou)  n'a jamais été aussi violent en Afrique et dans le monde. Partout les gens aspirent à vivre comme en Occident.  Et ce désir d'Occident est la preuve que s'il y a bel et bien un lieu qui est loin d'être en pleine décolonisation, c'est l'imaginaire.  Partout en Afrique on aspire à la "DEMOCRATIE" (notez les guillemets), une fascination extrêmement béate des élections de Macron ou de Trump. Là encore, c'est la preuve  que le processus de décolonisation de l'imaginaire est loin d'avoir commencé. Si nos deux faiseurs de tribune étaient assez dans le réel, ils se rendraient compte que l'élection française passionne en Afrique subsaharienne, plus que n'importe quel autre élection locale.
N'appelle t-on pas déjà, au Cameroun, un candidat aux prochaines élections présidentielles en 2018, le Macron camerounais?  N'a t-on pas vu la jeune diaspora gabonaise supplier l'ultra démocrate François Hollande, pour qu'il aille chasser  Ali Bongo du pouvoir?  Il n'y a pas de processus de décolonisation de l'imaginaire entamé, c'est l'inverse, en sa phase d’accélération.
- "Les structures fondamentales de cette décolonisation se donnent le mieux à voir dans la production artistique et esthétique et dans le renouveau de la pensée critique"
N'importe quoi! Production artistique? Intéressons-nous donc à cette production. Prenons la musique urbaine. Au Nigéria, au Cameroun, et en Côte d'Ivoire....elle n'est rien d'autres que la reproduction tiers-mondisée de ce qui se passe aux USA. Il suffit de regarder les clips. Les techniques utilisées. L'habillement. On parle Cinéma? Théâtre? Arts vivants? Littérature? Achille Mbembe et bien d'autres écrivains noirs, si ils sont connus et jouissent d'une réputation en Afrique, c'est grâce à la France ou disons à l'Occident. La majeur partie des
grandsintellectuels et des
grandsécrivains africains re-connus en Afrique le sont parce qu'ils ont été proclamés comme tel depuis les instances européennes. Il n'y a pas d'écrivains publiés au Cameroun dont la popularité dépasse le seul cadre de sa famille ou de son village. J'exclus les quelques oeuvres au programme scolaire.
Quant au renouveau de la pensée critique, franchement, quelle imposture! Là encore, je demande à nos deux savants de faire le tour des universités en Afrique subsaharienne, de regarder le niveau de la recherche...et de nous dire s'il y a de quoi bomber le torse. Renouveau ? mais où? Quelles sont donc les revues scientifiques africaines qui bousculent le monde du savoir?
- "Les arts du XXIe siècle seront africains"
Tel est le titre d'un de leurs paragraphes. Alors qu'ils énoncent des conneries, rappelons à nos tranquilles intellectuels que, pendant que l'on vendait des migrants à 400 euros la pièce, en plein XXIe siècle, un tableau de la Renaissance, Salvator Mundi de Léonard De Vinci, s'est vendu à 450 millions de dollars à New York.
Que dire par ailleurs de la production artistique et de la création esthétique ? Puisque les arts du XXIe siècle seront africains, comment ne pas s’en servir pour faire éclore , ensemble, de nouvelles virtualités ?
On ne sait pas toujours, pourquoi et à partir de quoi ces messieurs déclarent que les arts du XXIe siècle seront africains...les chinois ne sont pas créatifs j'imagine, et les argentins des bons à rien, et les iraniens trop nuclérairés pour briller dans l'art, et les turcs pas assez démocrates pour inventer.... D'où ça leur sort que l'Afrique serait au XXIe siècle le continent par excellence de l'art?  "comment ne pas s’en servir pour faire éclore , ensemble, de nouvelles virtualités ?"...Se servir de quoi exactement? ce qui n'existe pas encore? Quelles virtualités? bref....pathétique!
- "La réinvention des rapports entre la France et l’Afrique n’a de sens que si ces rapports contribuent à une nouvelle imagination du monde et de la planète. La grande question philosophique, esthétique et culturelle, mais aussi politique et économique du siècle en cours est celle de la mutualité, de la mobilité et de la circulation." 
Tout porte à croire qu'avec les Etats-Unis, avec la Chine, le Japon, l'Inde, la Russie...l'Afrique a d'excellents rapports. Ne reste plus que la France.  En outre, cette histoire de nouvelle imagination du monde et de la planète est assez risible. On est dans un monde capitaliste. Qu'ils continuent d'imaginer.... Et puis, la réinvention, ça tombe du ciel? ou alors, sont-ils vraiment convaincus qu'à la suite des élections libres et transparentes en Afrique, ils auront ce "nouveau monde et cette nouvelle planète"?  N'est-ce pas d'une naïveté proche de l'ignorance? 
Ils disent, ils osent dire: La grande question philosophique, esthétique et culturelle, mais aussi politique et économique du siècle en cours est celle de la mutualité, de la mobilité et de la circulation. Alors qu'on sait depuis peu que Le patrimoine cumulé des 1 % les plus riches du monde a dépassé l’an dernier celui des 99 % restants.  Alors qu'on vit tous les jours l'expérience d'un monde cruellement injuste et inégalitaire, alors que l'Afrique piétine et reste le théâtre d'affrontements étrangers, alors que des populations entières vivent de l'aide humanitaire, nos deux Africains déclarent que LA GRANDE QUESTION PHILOSOPHIQUE...est celle de la mutualité. La mobilité. La circulation. LA GRANDE QUESTION ESTHÉTIQUE..POLITIQUE..LA GRANDE QUESTION ECONOMIQUE....CULTURELLE.  Quelle médiocrité!
Mutualité. Mobilité. Circulation ne sont pas de grandes questions.....Elles n'ont strictement rien de politique. Et d'ailleurs, ce monde-ci est déjà mutuelle, mobile et circulaire. A moins donc, de vouloir, aller plus ou moins loin, se poser la question de la mutualité, la mobilité, la circulation est sans intérêt.
- "Réinventer la relation avec l’ex-puissance coloniale exige de remplacer le colonialisme par de nouveaux rapports de mutualité, de réciprocité et d’égalité." Qui réinvente? Les Etats? a t-on déjà vu les Etats réinventer quoi que ce soit si ce n'est leurs intérêts nationaux? Alors balancer comme réinventer la relation ...n'a pas de sens. Cette réinvention n'aura pas lieu. Parce que l'Histoire politique est une histoire de rapports de force, de luttes, de conquêtes. Ce n'est pas deux démocrates qui vont aller se mettre à table et  convenir, parce que ayant lu Mbembe et Felwine, que le colonialisme c'est pas bon, place donc à l'égalité, à la réciprocité.
- "Au-delà des jeux de puissance, la seule discussion d’avenir avec la France, le seul débat philosophique digne d’intérêt avec ce pays qui a significativement contribué à la vie de l’esprit, c’est celui-là : comment assurer la durabilité de ce monde, le seul que nous avons en partage."
Ces deux naïfs parlent comme si l'Afrique était un pays. Ils font comme si l'avènement d'une unité politique du continent était une affaire de claquement de doigts. Ils affirment arrogamment: "la seule discussion d’avenir avec la France, le seul débat philosophique digne d’intérêt avec ce pays qui a significativement contribué à la vie de l’esprit, c’est celui-là : comment assurer la durabilité de ce monde, le seul que nous avons en partage". C'est donc ça? Assurer la durabilité de ce monde...Le monde est très bien comme il est. Il faut simplement "assurer" qu'il dure toujours comme il est.
L'historien et l'économiste veulent une chose et son contraire. Ils veulent imaginer un nouveau monde, et en même temps ils veulent "assurer" à "ce monde" une durabilité. A quoi renvoie "ce monde" si ce n'est le monde capitaliste régit par les intérêts, l'exploitation, les guerres? Ou alors, ils sont en train de nous dire que la seule discussion qui vaut le coup avec la France est celle de l'écologie? C'est du n'importe quoi. Après nous avoir posé leur GRANDE QUESTION PHILOSOPHIQUE de l'année, ils nous imposent la SEULE DISCUSSION d'AVENIR: durabilité. Pendant ce temps, 100 congolais peuvent mourir dans le silence complet de la communauté internationale et quand un français meurt, c'est l'humanité entière qui pleure.
Comment peuvent-ils, au vu des conditions d'existence des millions d'Africains, dire que la seule discussion possible est "d'assurer". Et pourquoi se limitent-ils à la France? On croyait pourtant qu'ils étaient fraîchement et impeccablement décolonisés.
- "Cette durabilité exige la redistribution la plus équitable possible du droit universel à la mobilité et à la circulation".
J'avoue, en lisant ceci, j'ai éprouvé un peu de la colère. De mépris.  Est-ce pour ça que ces messieurs ont interpellé les Africains? Un monde juste repose t-il d'abord et fondamentalement sur la mobilité et la circulation? Qu'est ce que cette histoire de mobilité et de circulation dans ce qui se passe actuellement au Soudan, en Somalie, en Érythrée, au Somaliland, au Swaziland?  Ignore t-on sur quoi repose le privilège de ceux qui, aujourd'hui peuvent tranquillement circuler dans la surface du globe?   Va t-on dans un monde aussi horriblement gouverné par l'argent commencer à réfléchir sagement sur le droit universel à la mobilité, à la circulation, et donc à se porter soi même en esclavage, pour ceux qui n'ont rien et qui croiront aller trouver ailleurs quelque chose.
- "Cette politique de la circulation planétaire, il nous revient d’en imaginer les fondements éthiques, à l’heure où le rêve d’apartheid semble s’être à nouveau emparé du monde."
Pur charabia. Quelle pensée maigrichonne! Lorsque Marx demandait aux prolétaires de tous les pays de s'unir, il n'exigeait pas au préalable un droit universel de la circulation. Il existe déjà un droit universel à la santé, à l'éducation....et pourtant! Alors un droit universel de la circulation, c'est aussi imbécile que la fermeture des frontières. Car, dans un cas, comme dans l'autre, l'Homme circule.....depuis ses origines. Et il y a une circulation qui doit nous interpeller, celle des migrants. Et ce qu'elle révèle, ce n'est pas tant qu'il nous faut un droit d'aller et venir, c'est surtout que le monde se résume un peu à l'Occident. Qu'un blanc c'est pas tout à fait un noir....Qu'un riche c'est pas tout à fait comme un pauvre...Qu'un anglais c'est pas comme un nigérian.
La question de l'égalité est la question de l'Humanité par excellence. Il faut travailler à son avènement, de façon explicite et déterminée, ou sinon on travaille contre-elle, comme nos deux pauvres savants.