jeudi 1 mai 2014

Nestlé : Un empire dans mon assiette

Dans une chocolaterie qu’il possède en Italie, le groupe Nestlé
a proposé aux salariés de plus de cinquante ans de diminuer
leur temps de travail (1), en échange de l’embauche d’un de leurs
enfants dans cette même entreprise. C’est une position perverse,
cruelle. Une incarnation de ce management néolibéral, qui est basé
sur le harcèlement, la culpabilisation, la destruction.

Monique Pinçon-Charlot,
coautrice de La violence des riches,
entretien avec Agnès Rousseaux, bastamag.net, 5/11/2013


Le webdocumentaire Un empire dans mon assiette est le résultat d'une enquête réalisée par Judith Rueff sur le groupe suisse Nestlé, numéro 1 mondial de l'alimentation, dont le chiffre d'affaires atteignit en 2013, selon sa déclaration, 92,2 milliards de francs suisses entraînant des bénéfices de 10 milliards de francs suisses. Il dispose de 18 usines en Espagne, 39 en France, 30 en Allemagne, 71 aux États-Unis, 21 en République populaire de Chine, 24 au Brésil, 12 en Afrique du Sud, 13 en Australie... 5 500 tasses de Nescafé sont bues chaque seconde dans le monde. Les 8 000 marques Nestlé, la multinationale aux mille visages, autorisent difficilement les gens —contraints de manger et de boire— à s'en affranchir : elles inondent les rayons agroalimentaires des grandes et petites surfaces partout dans le monde.

Coproduit par Ligne 4 et Les Films d'ici 2 pour France Télévisions, en partenariat avec Le Monde, France Info et Terra Eco, ce projet transmédia, dont l'objectif est carrément de prendre l'oiseau au nid, fut mis en ligne le 24 avril 2014 et émis sur la chaîne de télévision France 5 le 28 suivant (France 5 a également diffusé le documentaire Un empire en Afrique le mardi 29 avril à 21h44).
Cette enquête décrypte (ou démasque, selon Terra Eco) la stratégie prédatrice de Nestlé. Sur le portail d'accès, l'internaute est prié de naviguer dans un placard virtuel rempli d'articles vendus par la multinationale vaudoise. Il devra explorer une toile bariolée farcie de nombreuses silhouettes d'emballages, choisir un produit, répondre à une question à choix multiple qu'on lui pose à son propos et regarder le reportage filmé ou l'infographie animée analysant les dessous louches, sans fards publicitaires, de la marchandise décortiquée. Ainsi déniche-t-on des denrées étiquetées "durables" qui ne sont en fait ni bio, ni équitables, ou des céréales Fitniaise contenant les mêmes taux de graisse et de sucre qu'un Choc-à-pic...
On avance de la sorte dans le parcours proposé : à chaque jalon 1, 2, 3, une carte dévoile l'étendue sur la planète de cet empire colossal, de ce petit nid... de vautours ?
Un exemple : on clique sur la silhouette d'une bouteille d'eau minérale Perrier. À partir d'une interrogation double, De l'eau dans le gaz ou du gaz dans l'eau ? Quelle proposition vous semble juste, pour obtenir du Perrier en bouteille ?, trois possibilités A, B, C s'ouvrent à votre considération :
  1. On met tout simplement l'eau de la source naturellement gazeuse
  2. On puise l'eau de la source naturellement gazeuse. Puis on sépare l'eau et le gaz avant de les reconditionner ensemble lors de l'embouteillage.
  3. On injecte dans de l'eau plate ou dégazéifiée du CO2 en proportion variable selon la taille des bulles que l'on souhaite obtenir.
Après avoir validé sa réponse, on reçoit la réponse correcte et une explication là-dessus. On visionne ensuite une vidéo d'environ 5 minutes dont le point de départ est une question simple et époustouflante : Peut-on délocaliser la production d'une eau minérale ? C'est tout l'enjeu d'une bataille juridique qui vient d'opposer Nestlé à la petite ville de Vergèze, dans le Gard, où jaillit la source de la célèbre eau pétillante en question, exploitée il y a 150 ans... Précisons que Nestlé Waters racheta le site de production en 1992 et que la population de Vergèze craint une délocalisation masquée de la production de Perrier.

Si nous prenons une autre référence "prestigieuse" car georgeclooneysée, les capsules Nespresso, Laurent Castaignède (ingénieur, BCO2 Ingénierie) nous apprend qu'elles produiraient, en raison notamment de leur emballage multiple, deux fois plus d'émissions de gaz à effet de serre qu'une machine à café à percolateur (celle des bars) ou à filtre.
Une autre QCM nous décèle qu'en buvant un bol de Nesquick, on absorbe 20% de cacao et 80% de sucre. On risque d'en déduire que c'est en sucrant qu'ils se sucrent. Mais ce n'est pas par hasard que Grosquick a disparu du marketing du petit nid, tout comme le troisième des oisillons qui l'habitaient jusqu'en 1966...
En matière de bourrage de crâne corporatif, un autre article de cette cuisine nous rappelle que "des réalisateurs connus se sont pliés à l'exercice du film publicitaire" vantant des produits Nestlé. Concrètement, Claire Denis, Michel Gondry, Ridley Scott et Jean-Paul Rappeneau. Au bout du compte, la propagande et ses spectacles constituent le bouillon et la bouillie de culture de notre civilisation, et Nestlé ne saurait s'en priver.

Comme le rappelle le journal Le Monde, derrière les marques que nous connaissons depuis des décennies, "il y a des stratégies marketing et commerciales bien rodées, des marchés et des matières premières, un réseau d'influence et une image à soigner", dans ce cas, à verdir. Et un violent lobbying à faire peur. Ou des activités d'espionnage contre des militants altermondialistes (le Nestlégate, pour lequel, en dépit de sa légion d'avocats, la société Nestlé -en compagnie de Securitas, firme qui se met à la disposition de tous ceux qui souhaitent "se permettre d'évoluer à leur guise, sans souci"- a été condamnée par le Tribunal Civil de Lausanne) :
Le 25 janvier 2013, exactement un an après la tenue du procès civil et quatre ans et demi après le dépôt de la plainte, le verdict est enfin tombé : Nestlé et la société de surveillance Securitas sont condamnées pour leurs pratiques d’espionnage d’Attac et des auteurs du livre « Attac contre l’Empire Nestlé ». Le Tribunal a reconnu qu’il s’agissait d’une infiltration illicite et a admis que les droits de la personnalité des plaignant-e-s ont été violés. Il a condamné Nestlé et Securitas à leur verser une réparation pour tort moral de l’ordre de CHF 3000.- chacun-e ainsi qu’une partie des frais d’avocats.
Source : ATTAC Suisse.

Quant au forcing des très grands auprès des décideurs, le dit lobbying, il s’exerce à travers une myriade d’associations —comme nous le rappelle Marc Pigeon, chercheur au CEO (Corporate Europe Observatory)— et recourt à une désinformation calculée et systématique.
Il s'agit de tout faire pour fragiliser les régulations et rafler des subventions :
Agribusiness lobbying in Brussels involves biotech, food, animal feed, agrofuels and pesticide producers targeting decision makers to weaken regulations or to get subsidies.
Monique Goyens (directrice générale du Bureau Européen des Unions de Consommateurs, BEUC) explique que, sous la pression et l’intoxication sournoise de l’industrie agroalimentaire, l’étiquetage des emballages des produits alimentaires approuvé par l’UE est « inodore, incolore, insipide, incompréhensible » pour « le commun des mortels », au lieu d’être, comme on l'avait proposé à la Commission, un feu tricolore facilitant aux gens de faire des choix, même sains, car ils saisiraient en un clin d’œil si un aliment est riche ou non en sucre, en sel ou en matière grasse.
Coût de ce lobbying ? D’après CEO (juin 2010), 1 milliard d’euros. Pour chaque lobbyiste consumériste, il y en a 5 de l’industrie, sans compter la pression directe des entreprises.

« Inventer » provient du verbe latin « invenio » qui veut dire, entre autres, « trouver (après recherches) » ou « inventer » : multa a majoribus nostris inventa sunt (beaucoup de choses ont été inventées par nos ancêtres). Voilà justement ce que l’on peut dire à propos de la découverte en Afrique du Sud des propriétés de deux plantes endémiques, le Rooibos (“buisson rougeâtre” en afrikaans) et le Honeybush. N’empêche. Depuis notamment 2010, nous avons pu lire dans la presse ou sur internet des titres du type :
Pillage de Rooibos : Nestlé accusé de biopiraterie en Afrique du Sud (Déclaration de Berne)
ou
Nestlé veut patenter le rooibos
Nestlé a été accusée de « biopiratage » pour utilisation illégale du Rooibos, endémique d'Afrique du Sud qui devait entrer dans une composition servant à traiter et/ou prévenir des maladies inflammatoires. L'infraction, commise sur la base d'une convention onusienne qui légifère en la matière, la Convention sur la Diversité Biologique, se rapporte au consentement préalable qui doit être obtenu par le pays fournisseur de la ressource et des tenants du savoir traditionnel associé. Dans un deuxième temps, cette convention demande à l'exploitant de partager les bénéfices commerciaux et non-commerciaux avec ces derniers selon des dispositions mutuellement convenues. Mais le gouvernement Sud-Africain a déclaré à Natural Justice et à la Déclaration de Berne1 que ni Nestlé ni Nestec - la filiale technique, scientifique et commerciale de la compagnie - n'ont reçu de consentement pour l'exploitation du Rooibos. De plus, il existe en Afrique du Sud un cadre légal qui interdit des activitiés de prospection sans une patente délivrée par le Ministère des Affaires environnementales. Nestlé, de son côté, se défend en avançant que ce n'est pas elle mais ses fournisseurs sud-africains qui ont collecté et qui lui ont procuré la plante. Mais sans succès puisque c'est avant tout à elle qu'appartient le devoir de s'assurer de la provenance licite des produits qu'elle veut utiliser. (...)
Horizon-Durable.ch 
C'est vraiment fort de café... et de thé ! Nestlé, comme tant d’autres multinationales, tente de se construire un monopole à partir d’une invention centenaire due à une collectivité traditionnelle.
D’après la définition de Vandana Shiva, lauréate du prix Nobel alternatif, la biopiraterie est « un déni du travail millénaire de millions de personnes et de cerveaux travaillant pour le bien de l’humanité », et, ajoute-jé, à travers le système des brevets d'invention, une appropriation éhontée et restrictive de savoirs qui découlent de ce travail millénaire. Et toute cette merde au nom de la propriété privée —qui fut autrefois l’alibi de l’esclavagisme, soit dit en passant.
Encore un cas qui montre à quel point le Grand Capital —qui se gargarise sans désemparer du mot « innovation »— ne pratique en fait que les innovations financière, technologique et publicitaire pour mettre en œuvre sa vraie nature, le dépôt du brevet de l’eau chaude —ou de l’eau tout court, comme on va voir tout à l'heure— pour doper ses caisses sans complexes, même au détriment des plus vulnérables, car il ne trouve pas dégueulasse de les spolier ; sa flèche (son conatus) le pousserait, si ça se trouve, à patenter le fil à couper le beurre.
Le reportage de Judith Rueff nous fait cadeau d’un entretien avec François Meienberg, porte-parole de l'ONG Déclaration de Berne. L'enquête qu'ils menèrent en compagnie de Natural Justice révéla donc que cinq demandes de brevets déposées par Nestlé concernaient l’utilisation de Rooibos et de Honeybush : sa filiale Nestec envisageait d’exploiter les propriétés anti-inflamatoires et cosmétiques de ces "alicaments" (mot-valise composé de « aliment » + « médicament »), vertus connues depuis belle lurette par les peuples indigènes qui les exploitent pour en faire du thé, du savon et des crèmes. Certaines communautés en dépendent pour vivre et risqueraient de voir leur droit de commercialisation restreint à cause de ce genre de brevets.

Le documentaire aborde aussi la qualité des produits de Nestlé. Membre de l'ADNC-Association de Diététique et Nutrition Critiques, Sylvain Duval s’exprime à propos de la devise nestléienne, Good Food, Good Life :
« Good Food, Good Life… C’est faux, en fait, c’est de la com (…). Il n’y a pas de bons aliments faits par l’industrie ; bons si, ils sont bons au goût mais ils ne sont pas bons en composition. »
Béatrice de Reynal, nutritionniste, passe au peigne fin quelques produits emblématiques, très familiaux, de chez Nestlé, dont le Knacki Herta (100% pur porc) : « Le Knacki, c’est vraiment une mayonnaise avec beaucoup de gras dedans et assez peu de viande, donc, en fait, c’est un produit que les enfants aiment bien parce que c’est mou, mais en réalité c’est un produit d’un point de vue nutritionnel qui est pas très qualitatif » ; le Hachis Parmentier (recette + équilibrée, purée + savoureuse) : « Il n’y a que 38% de viande, alors que, chez vous, vous auriez mis 100% de viande et, évidemment, avec 38% de viande seulement, ça veut dire que pour un enfant en croissance, pour une femme dont les besoins en fer sont très élevés, et bien là, vous n’avez pas notablement de fer dans un plat comme ça. » ; les minipizzas Piccolinis (Buitoni) : « Là-dedans, en fait, il y a beaucoup de sel et il n’y a pas tellement de micronutriments. Il n’y a sans doute pas beaucoup de matière grasse dans la pâte, donc, ça, c’est plutôt bien, mais quand même il y a 218 calories pour 100 grammes, sachant que là-dedans il y a 270 grammes. » ; Flanby (totalement renversant !, 70% de lait) : quant à ces produits laitiers fantaisie, il faut toujours lire leur composition, « là, on voit qu’il y a du sirop glucose-fructose (…), c’est un substitut de sucre qui physiologiquement est accusé de maux, en particulier de syndromes métaboliques, le diabète, etc. ».
Ce genre de denrées constitue, selon Sylvain Duval, 90% du contenu des caddies des mamans qui font les courses dans les supermarchés.
D’autre part, M. Duval affirme qu’à chaque fois qu’il y a des réglementations, ces entreprises sont contre et proposent qu'on leur fasse signer des chartes d’autorégulation, « ce qui est faux : elles n’ont jamais tenu leurs promesses, ou alors, elles ont tenu leurs promesses à coups de 5% par an. (…) Ces chartes sont vraiment de la poudre aux yeux, c’est vraiment un jeu de dupes. »
L'ADNC recommande sur son site, soit dit en passant, des documentaires vidéo à se procurer. Cliquez ci-contre pour accéder à cet inventaire. À ne pas se taire.

Yasmine Motarjemi, ancienne sous-directrice de la sécurité alimentaire du géant suisse (avant d’être licenciée en 2010), affirme dans ce film que chez Nestlé, la priorité n’était pas exactement la conformité avec la réglementation en matière alimentaire : « les améliorations venaient toujours après les incidents (…), alors que, dans une bonne gestion de la sécurité alimentaire, il faut prendre des mesures préventives et agir en amont des problèmes ».
Début 2003, elle découvrit qu’il y avait une quarantaine de plaintes pour étouffement concernant des biscuits de Nestlé pour les bébés. Elle apprendra par la suite que le problème était connu de longue date par la direction, ce qui ne lui avait pas empêché de laisser le produit sur le marché sans toucher même à l'étiquetage à propos de l’âge de consommation. Le film évoque le scandale, en Chine, du lait en poudre pour nourrissons contaminé à la mélamine. C’était en 2008 ; bilan officiel : six décès et 300 000 intoxications. Nous savons que ce lait provoqua un tollé également en Arabie Saoudite et à Taïwan. Et que déjà en 2005, Nestlé avait dû retirer du marché du lait infantile en Italie, en France, en Espagne et au Portugal. Motif: il contenait des traces d'encre. Le hasard ?
En 2011, Yasmine Motarjemi porta plainte contre Nestlé pour harcèlement moral. Elle déclare dans ce webdocumentaire : « Nestlé est dirigée par des hommes d’affaires, des gens dont le seul but, la seule pensée, c’est de faire des profits. Ils n’ont pas une compréhension très approfondie de la nourriture et des risques sanitaires. Je demande aux consommateurs comment on peut mettre la santé de nos enfants dans les mains de gens qui ne pensent qu’au profit. »

En matière de lait industriel, je vous conseille de lire ce rapport de grain.org (cliquez sur le lien) à l'égard de La grande arnaque du lait : Comment l'agrobusiness vole aux pauvres leurs moyens de subsistance et un aliment vital, où il est question du combat que mènent les Grands Laitiers contre le lait populaire, guerre « qui exerce une influence profonde sur l'orientation du système alimentaire mondial et la vie des populations ».

Terra Eco, partenaire du projet Un empire dans mon assiette, reprend sur son site quelques sujets de l'enquête de Judith Rueff et les soumet à notre réflexion :

A-t-on sacrifié Grosquick pour rien ?


Le site de RTBF (la radio-télévision belge francophone), quant à lui, commente la parution de ce documentaire et nous recommande aussi d'autres lectures pour en savoir plus :

Convergence Alimentaire dresse un bilan très peu mitigé des activités de Nestlé : cliquez sur le lien ci-contre pour en savoir plus.

Par ailleurs, saviez-vous que l'eau n'est pas un droit pour Nestlé ? :
Selon le PDG de Nestlé, Peter Brabeck, l’accès à l’eau ne devrait pas être un droit. Peter Brabeck pense que l’eau est une « denrée comme les autres, qu’elle a une valeur marchande et qu’il faut la privatiser ». [Il qualifie d’“extrémiste” l’idée que l’eau doit rester un bien public !!!] Pour le PDG de Nestlé, l’eau doit valoir un coût, car il estime que l’eau est extrêmement précieuse et trop gaspillée. Pour une politique durable, celle-ci doit être revalorisée, ce qui va forcément avec un prix au litre plus élevé.


En 2012, Nestlé avait déjà été montrée du doigt par une enquête accablante (Bottle Life) d’Urs Schnell et de Res Gehriger, diffusé sur ARTE, qui montrait comment la multinationale faisait main basse sur les ressources en eau pour les vendre au prix fort. (2)
Nestlé et le business de l’eau en bouteille ou comment transformer de l’eau en or ? Une entreprise détient la recette : Nestlé, multinationale basée en Suisse, leader mondial de l’agroalimentaire, grâce notamment au commerce de l’eau en bouteille, dont elle possède plus de soixante dix marques partout dans le monde (Perrier, San Pellegrino, Vittel).
En 2012, Arte diffusait un autre reportage sur l’eau en bouteille qui coute 100 fois plus que l’eau du robinet, ce marché n’a jamais été aussi fleurissant. Pourtant tout le monde ne peut pas se payer le luxe d’avoir de l’eau potable.
La marchandisation de tout, y compris de l'eau, fait partie bien évidemment de la doxa libérale :
Le porte-parole de la Commission européenne, M. Joe Hennan a déclaré à la publication EUobserver.com du 18 mai [2010] : "We consider water to be a commodity like anything else".
Henri Smets, membre de l'Académie de l'eau, rétorqua quelques jours plus tard :
Prétendre que l’eau est une marchandise comme les autres dénote d’une méconnaissance grave du droit communautaire comme d’ailleurs de la réalité sociale. La Commission peut affirmer ce qu’elle veut, mais elle ne peut ignorer que la directive-cadre sur l’eau (2000/60/CE) adoptée par l’Union européenneet et qui s’impose à tous, commence par l’affirmation solennelle selon laquelle “l’eau n’est pas un bien marchand comme les autres” (“commercial product like any other”).
En lire plus.
Smets se voyait contraint de rappeler que l'eau...
C’est l’un des quatre éléments de la nature, c’est la source de toute vie.
Comme la nature a d'autres éléments, nous avions déjà appris, le 17 mars 2010, que Greenpeace dénonçait Nestlé pour d'autres raisons :
Greenpeace dénonce Nestlé, qui contribue à la déforestation en Indonésie
Grignoter une barre chocolatée Kitkat revient à tuer un orang-outang ? Le rapprochement peut étonner mais le lien est réel. Greenpeace lance une campagne pour dénoncer l’utilisation par Nestlé d’huile de palme issue de la destruction des forêts tropicales et des tourbières indonésiennes, dans la fabrication de certains de ses produits, notamment les barres chocolatées Kitkat.
En lire plus.
Pour vérifier à quel point de grandes marques de chocolat comme Crunch ou KitKat s'estiment quittes envers l'éthique ou la justice les plus élémentaires, envers par exemple les enfants exploités dans les plantations de cacao en Côte-d'Ivoire, cliquez ci-contre ou jetez un coup d'œil à la vidéo ci-dessous, reportage que nous devons à Jérémie Drieu et Johann Nertomb et qui fut diffusé sur Envoyé Spécial (France 2) le 28 avril 2011. On y apprend qu'il y a plus de 15 000 enfants esclaves dans les plantations de cacao d'Afrique de l'Ouest. Les multinationales du chocolat peuvent ainsi acheter leur matière première au bon prix, selon Henry Blémin Guida, officier de renseignement criminel à Interpol. "Pas de contrôle, pas de traçabilité : c'est plus simple pour les affaires" :



Ah, l'émoi de Cémoi. Quant à Nestlé, le titan veveysan refusa de s'exprimer sur cette question. Là, ils sont "moins preneurs pour parler" car ils veulent aussi "garder leur réputation".
Chiffres d'affaires de l'industrie du chocolat chaque année ? 62 milliards. Argent investi pour la bonne cause ? 3 petits millions (42 fois moins de ce qu'il faudrait pour atteindre les objectifs du protocole Harkin-Engel signé en 2001) bénéficiant seulement 2% des plantations ivoiriennes. Vous comprenez donc en quoi ça consiste que la réputation ou le prestige ?

Décidément, on vérifie que petit à petit, l'oiseau fait son nid et qu'au bout du conte, tout empire empire tout. Le modèle agricole mondial qui en découle ne tient pas la route et —selon le juriste belge Olivier De Schutter, qui vient de quitter son poste de rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation— est dangereusement à bout de souffle.
Au sujet de ce modèle, dont Nestlé n'est que l'une des sociétés oligarques transcontinentales, il est utile de citer pour conclure un autre ancien rapporteur spécial —concrètement le premier, de 2000 à 2008— des Nations unies pour le droit à l'alimentation. Il s'agit de Jean Ziegler, auteur de l'essai Destruction massive - Géopolitique de la faim (sous-titre en hommage à Josué de Castro), Éd. du Seuil, 2011, édition revue en juillet 2012. Dans son ouvrage, pages 169-170 (collection Points), on lit :
Aujourd'hui, les deux cents premières sociétés de l'agroalimentaire contrôlent le quart environ des ressources productives mondiales. Ces sociétés réalisent le plus souvent des profits astronomiques et disposent de ressources financières bien supérieures à celles des gouvernements de la plupart des pays dans lesquels elles sont implantées [Cf. Andrew Clapham, Human Rights Obligations of Non-State Actors, Oxford, Oxford University Press, 2006]. Elles exercent un monopole de fait sur l'ensemble de la chaîne alimentaire, de la production à la distribution au détail en passant par la transformation et la commercialisation des produits, ce qui a pour effet de restreindre le choix des agriculteurs et des consommateurs.
Jean Ziegler cite un peu plus loin Denis Horman et son texte Pouvoir et stratégie des multinationales de l'agroalimentaire, publié sur le site de Gresea (Groupe de Recherche pour une stratégie économique alternative), qui servit de base à l’exposé introductif de l’Université des alternatives organisé en avril 2006 sur le thème de la souveraineté alimentaire. Horman y écrivait :
(...)
Dix firmes contrôlent un tiers du marché des semences commercialisées. Ces mêmes dix firmes contrôlent 100% du marché des semences génétiquement modifiées (appelées également "transgéniques"). Les firmes en question sont les suivantes : Monsanto (États-Unis), DuPont/Pioneer (États-Unis), Novartis (Suisse), Limagrain (France), Advanta (Angleterre et Hollande), Guipo Pulsar/Semons/ELM (Mexique), Sakata (Japon), KWS HG (Allemagne) et Taki (Japon) [6].
Six firmes contrôlent 77% du marché des produits chimiques pour l’agriculture : Bayer, Syngenta, BASF, Dow, DuPont, Monsanto.
Dans le secteur de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles, il n’est pas rare que plus de 80% du commerce d’un produit agricole se retrouve entre les mains d’une poignée de méga-entreprises. Six sociétés concentrent quelque 85% du commerce mondial des céréales ; huit se partagent environ 60% des ventes mondiales de café ; trois détiennent plus de 80% des ventes de cacao et trois se répartissent 80% du commerce des bananes [7].
A titre d’exemple, la société américaine Cargill est le plus important négociant d’oléagineux au monde, le deuxième plus gros producteur d’engrais phosphaté et un acteur majeur du commerce des céréales, du café, du cacao, du sucre, des semences, de la volaille. Rien que dans le secteur du café, son chiffre d’affaires excède le PIB de tous les pays africains dont elle achète le café [8].
Monsanto, une autre multinationale américaine, s’est hissée, à travers rachats, fusions et alliances, au rang de premier vendeur de semences transgéniques au monde, de deuxième producteur de semences et de troisième vendeur de produits agrochimiques (insecticides, herbicides…). Les ¾ de la surface totale des semences transgéniques dans le monde sont des semences en provenance de Monsanto. En 1998, Phil Angell, directeur de la communication chez Monsanto, se permettait de déclarer : "Nous n’avons pas à garantir la sécurité des produits alimentaires génétiquement modifiés. Notre intérêt est d’en vendre le plus possible" [9].
(...)


[6Vandana Shiva, Le terrorisme alimentaire, Comment les multinationales affament le Tiers-Monde, Ed. Fayard, 2001, pp. 19-20.
[7John Medeley, Le commerce de la faim, la sécurité alimentaire sacrifiée sur l’autel du libre-échange, Col. Enjeux Planète, 2002, pp.135-137.
[8John Medeley, ibid.
[9Isabelle Delforge, Nourrir le monde ou l’agrobusiness, Enquête sur Monsanto, MDM Oxfam/Déclaration de Berne/Orcades/Oxfam-Solidarité, mai 2000.

______________________________________
(1) De quarante à trente heures par semaine avec simultanément une baisse de salaire de 25 % à 30 %.
(2) Allemagne/Suisse, 2012, 1h30mn. Coproduction : ARTE, DokLab, Eikon, Südwest, SF.
Le site du film nous détaille beaucoup d'informations intéressantes dont dix choses à savoir :
  1. Stratégiquement parlant, l’eau en bouteille fait partie des domaines majeurs de Nestlé. Aujourd’hui déjà, Nestlé fait avec l’eau en bouteille un dixième de son chiffre d’affaires global, lequel s’élève à 110 milliards de francs suisses.
  2. Nestlé est devenu le leader du marché de l’eau en bouteille en adoptant une politique d’acquisition, rachetant notamment des marques telles que Vittel et Perrier.
  3. Nestlé acquiert constamment les droits sur des sources et des nappes phréatiques, ceci afin de satisfaire la demande croissante pour de l’eau en bouteille, une demande que l’entreprise a créée elle-même.
  4. Dans de nombreux Etats, les dispositions légales au sujet des droits sur l’eau sont vétustes. Nestlé profite de cet état de fait, non seulement dans le Tiers-monde, mais aussi aux USA et dans d’autres pays occidentaux.
  5. Nestlé utilise ses moyens financiers et politiques pour s’opposer aux efforts de communautés locales qui veulent que l’eau souterraine demeure un bien public.
  6. Nestlé utilise de l’eau pour fabriquer de l’eau.
  7. Nestlé propage l’eau en bouteille à grands coups de campagnes marketing et publicitaires. Nestlé affaiblit ainsi la conscience des gens à l’égard de la nécessité de garantir une alimentation en eau publique et efficace.
  8. Nestlé s’affiche en bienfaiteur – à travers une foule de dons et d’actions à l’échelle locale mais aussi en déclarant que les mesures de rationalisation dans la production et la distribution de l’eau en bouteille sont durables à long terme.
  9. Avec l’eau en bouteille, Nestlé crée des dépendances – justement là où les systèmes d’approvisionnement en eau potable s’écroulent, principalement dans le Tiers-monde.
  10. Le commerce de Nestlé avec l’eau n’est pas simplement un commerce comme les autres, c’est un commerce avec une matière première absolument indispensable à la survie des habitants de la planète.
_____________________________
Mise à jour du 31 mars 2016 :

La Presse (Canada) du le 27 août 2015 - Selon l'Agence France-Presse, on accuse Nestlé de soutenir consciemment l'esclavage qui sévit dans le milieu de la pêche en Thaïlande en utilisant des fruits de mer dans des produits alimentaires pour chats :
Selon cette plainte, «Nestlé importe via un fournisseur thaïlandais, Thai Union Frozen Products PCL, plus de 28 millions de livres (12 000 tonnes) d'aliments pour animaux à base de fruits de mer pour de grandes marques vendues en Amérique dont une partie sont produits dans des conditions d'esclavage».
Des hommes et des garçons venus de pays plus pauvres que la Thaïlande comme le Cambodge ou la Birmanie sont vendus à des capitaines de bateaux de pêche, qui exigent d'eux un travail dangereux et harassant à raison de 20 heures par jour, en les payant très peu ou pas du tout, sous peine d'être battus ou même tués, accuse encore la plainte.
«En cachant cela au public, Nestlé a de fait conduit des millions de consommateurs à soutenir et encourager l'esclavage dans des prisons flottantes», a accusé l'un des associés du cabinet, Steve Berman, cité dans le communiqué, en invitant les utilisateurs des marques en cause à se joindre à cette plainte. (...)
Nestlé​ admits slavery and coercion used in catching its seafood.
Global audit by the food giant finds abuse of workers who catch seafood from Thailand
Par Martha Mendoza, The Associated Press. Publié le 23 novembre, 2015

Nestlé, Mars et Hershey’s visés par une plainte sur la traite des enfants en Côte d'Ivoire.
Le Monde.fr | 02.10.2015 à 17h59.
Les producteurs de Kit-Kat, Snickers, M & M’s et autres friandises prisées par les enfants exploiteraient-ils d’autres enfants pour récolter le cacao qui entrent dans leurs recettes ? Les groupes Nestlé, Hershey’s et Mars sont, en tout cas, visés par trois plaintes collectives (class actions) déposées à la fin de septembre en Californie auprès du cabinet juridique américain Hagens Berman, spécialisé dans le droit des consommateurs. Motif : la traite et le travail forcé des enfants dans les plantations de Côte d’Ivoire.
Selon les plaignants, ces trois firmes agroalimentaires importent du cacao en provenance de fournisseurs qui emploient des enfants, qui plus est dans des conditions de travail dangereuses et pénibles. Ils évoquent le transport de charges lourdes, l’exposition à des substances toxiques, le travail forcé et l’absence de paie, les menaces physiques. Nombre de ces enfants seraient vendus par des trafiquants qui les enlèvent ou les achètent dans des pays voisins de la Côte d’Ivoire.
« Les consommateurs qui sont venus nous consulter ont été indignés d’apprendre que les sucreries qu’ils mangent avaient un arrière-goût si sombre et amer, que le travail des enfants et l’esclavagisme faisaient partie de la production de chocolat par Nestlé, Mars et Hershey’s, affirme Steve Berman, membre du cabinet. Ces firmes s’abstiennent de divulguer ces informations sur l’exploitation des enfants et le travail forcé et trompent donc les consommateurs qui soutiennent indirectement ce type d’exploitation. » (...)
Nestlé échoue à faire annuler un procès sur l'exploitation des enfants en Côte d’Ivoire.
Voaafrique.com, le 12 janvier 2016.
Information lisible également sur intellivoire :
La société suisse, Nestlé, sera poursuivie concernant des allégations sur l’utilisation du travail d’enfants esclaves dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire. Reuters a rapporté que la Cour suprême américaine a rejeté l’appel  interjeté par Nestlé, Archer Daniels Midland et Cargill pour mettre fin à la poursuite judiciaire.

Aucun commentaire: