mercredi 2 septembre 2015

Islamophobie

Hablar mal o bien de los otros depende de
quién habla, de quién manda y de cómo se resiste.

Los clichés de los vencedores son órdenes.

(...) entre 1815 y 1918, las potencias europeas
pasaron de ocupar el 35% a dominar el 85%
de la superficie de la Tierra, y ello en paralelo
a un aumento del "poder discursivo", (...) 
Extraits de "Islamofobia")

Et ce que je reproche à notre gauche,
à force de haïr l'islamisme,
c'est d'avoir oublié la question sociale !
(Moncef Marzouki,
Le Point Afrique, publié le 9/12/2014
et cité dans Islamofobia)


(...) je n'ai jamais compris pourquoi à Charlie
ils ne s'acharnaient pas avec autant d'assiduité
à la criminalité politico-financière de religion monétaire,
et qui finira par tous nous enterrer vivants
dans nos petites batailles identitaires.
(Halim Mahmoudi, 8/01/2015) 


Pour illustrer ou justifier le titre de ce billet, on pourrait choisir une longue liste de cas —liste nourrie, ou nourrissable, de plus de deux siècles de colonisation, humiliation et démonisation des peuples arabes et musulmans, un peu partout : depuis la campagne de Napoléon en Egypte (entre 1798-1801 où, entre autres, son aide de camp Crouazier coupa toutes les têtes des insurgés d'une tribu après une expédition punitive), ce ne sont pas les exemples qui manquent. Des chercheurs comme Eric Hobsbawm, Edward Saïd ou Domenico Losurdo seraient bien d'accord à cet égard ; ce dernier remémore justement la longue durée du racisme colonial anti-arabe, voire le spectre de la « solution finale» de la question arabe, dans Le Langage de l’Empire. Lexique de l'Idéologie étasunienne, essai très probant publié en français par les Éditions Delga (traduction de l'italien par Marie-Ange Patrizio). Dans mon édition en castillan (dont la traduction du sous-titre est triste car impérial : El lenguaje del Imperio. Léxico de la ideología americana, Escolar y Mayo, 2008. Trad. d'Alejandro García Mayo), on peut lire, p. 204 :
(...) Con la llegada del colonialismo, el proceso de racialización da un decisivo paso adelante: asistimos al tránsito desde la islamofobia de base religiosa al odio racial contra los árabes. En junio de 1846, en el curso de un debate en la Cámara, Francisque de Cordelle, amigo e interlocutor de Tocqueville, refiere las "máximas del odio contra los indígenas", enunciadas explícitamente por la prensa de los colonos franceses en Argel. Un periódico no duda a la hora de escribir con letras claras que los árabes son "una raza humana destinada a ser destruida por un decreto de la Providencia"; como los pieles rojas, las "razas inferiores" en su conjunto deben "esfumarse ante las razas superiores". La suerte de los árabes está echada: "Hay unanimidad en cuanto a la destrucción de esta raza culpable"; "los verdaderos filántropos tienen la misión humanitaria de destruir las razas que se oponen al progreso". [cf. Alexis de Tocqueville : Œuvres complètes, éd. de J. P. Mayer, Gallimard, Paris, 1951.]
(...) A ojos de los oficiales, de los soldados y de los colonos franceses en Argelia "los árabes son como bestias del demonio", "la muerte de cada uno de ellos es considerada como un bien". (...)
Algunas décadas más tarde, la tentación de la "solución final" de la cuestión árabe emerge no ya en las colonias de la Francia liberal de Luis Felipe, sino en las de la Italia también liberal de Giolitti. El nacionalista Corradini exhorta a "sacar de su madriguera" y "colgar a la bestia salvaje llamada árabe". Una voluntad de masacre que D'Annunzio pone en versos, bastante mediocres y repugnantes: "Firme el ojo en la mira, ¡oh cristianos! / Sólo peca quien yerra el tiro / ¡Recuerda! No son hombres, sino perros". [Etc., etc., etc... afin de vous éviter, croyez-moi sur parole, la lecture de lignes encore plus dégueulasses]
La haine raciale contre les Arabes, bêtes du Diable dont la mort n'est que du bien, race coupable...
Ce qui est terrible, c'est que de nos jours se multiplient également les échantillons d'une islamophobie institutionnelle à peine masquée, aznarismes à part. Pour en choisir un de très récent et concernant même le domaine de l'Éducation, rappelons que le 21 novembre 2014, on pouvait lire sur Mediapart l'éclairante et exécrable révélation qui suit :
Mediapart s'est procuré un stupéfiant document envoyé par l'académie de Poitiers aux chefs d'établissement. Sous couvert de « prévenir la radicalisation » religieuse de jeunes, il manie clichés et préjugés en ciblant les musulmans. Le ministère admet un certain embarras. La radicalisation religieuse de jeunes Français est, compte tenu de l'actualité, devenue un sujet de préoccupation majeur des pouvoirs publics. Dans le cadre du « plan national de lutte contre la radicalisation » lancé en avril par Bernard Cazeneuve, l’Éducation nationale a décidé de s’atteler au problème avec l’objectif de détecter au plus tôt ces situations. Au vu du stupéfiant document que s’est procuré Mediapart, il n’est pourtant pas certain que le ministère se soit doté des outils adéquats. (...)
Le sujet fut immédiatement repris par d'autres confrères, comme Le Monde. On peut cliquer ici pour accéder à un powerpoint qui expose sans ambages, par exemple —et après un rappel historique à la mémoire trouée comme une passoire et tellement ciblé qu'il fout vraiment la terreur—, quels sont les indicateurs contemporains de la radicalisation. Non, ce ne sont pas les cravates qui prêchent le bombardement et l'occupation des pays arabes, verbi gratia, non. Ce signalement du bouc émissaire, ces indics factuels qui ne sauraient duper personne sont, sans conditionnel,...
...des signes extérieurs individuels...
☞Barbe longue et non taillée
☞Cheveux rasés
☞Habillement musulman
☞Jambes couvertes jusqu'à la cheville
Refus du tatouage
Cal sur le front
... et des comportements individuels...
☞Repli identitaire
☞Rhétorique politique (réf. à l'injustice en Palestine, Tchétchénie, Iraq, Syrie, Égypte)
☞Exposition sélective aux médias (préférence pour les sites websjihadistes)
☞Intérêt pour les débuts de l'Islam
Qu'en dire... On dirait que le tatouage devient désormais obligatoire, comme l'anglais... L'exposition sélective au Figaro et à Europe 1, serait-ce un indicateur infaillible de radicalisation...? 
Dans le Siné Mensuel de juin 2015 (page 18), Delfeil De Ton lance son alerte aux rouquins : "On nous dit : surveillez les barbus, surveillez les femmes en niquab, en hijab, en jupe noire longue, en foulard, en voile, dénoncez les colis abandonnés, les Kalachnikov en liberté, changez de trottoir si vous voyez des terroristes, mais personne ne nous dit : méfiez-vous des rouquins." Et ceci malgré Mark Colborne et autres Anders Breivik, par exemple.

Justement un cofondateur de Mediapart, Edwy Plenel, qui a publié Pour les Musulmans (Éd. La Découverte, 2014), constate, et l'explique sur France24 (cf. la vidéo ci-dessous), que les Musulmans sont devenus nos nouveaux boucs émissaires...



Dans ce contexte d'entérinement attesté et bon enfant (oublions un instant les vautours de service) de l'islamophobie, il faut saluer la parution de Islamofobia. Nosotros, los otros, el miedo, de Santiago Alba Rico, dans la collection Más Madera des éditions Icaria (Barcelona, mai 2015), court essai que je voudrais bien voir traduit en français. D'ailleurs, son point de départ textuel —le fait qui déclencha sa rédaction et sa publication ?—, ce fut le sanglant attentat fasciste contre le journal satirique Charlie-Hebdo du 7 janvier 2015, évènement qui suscita une triple sensation d'horreur chez notre auteur, comme au demeurant parmi bon nombre de nous : d'abord, celle du carnage en soi et le fait que les victimes visées étaient des dessinateurs et des écrivains, des bouffons. Puis, un troisième élément d'épouvante s'avérait, en raison des réactions et des conséquences de la fusillade : l'islamophobie dans l'air.
Je conseille donc la lecture de cet ouvrage à tous ceux qui souhaitent disposer d'une approche, des exemples et des positions sur les différentes facettes (1) de la polyédrique question araboislamique fructueusement non conventionnels, radicalement non manichéens. Une bibliographie pertinente et un glossaire de noms islamiques complètent l'édition. 
Voici deux extraits du livre qui permettent de mieux comprendre son approche ; l'islamophobie s'avèrerait un problème lorsque l'EI devient "la grande menace pour l'Occident", voire pour le monde entier, aux yeux des média, des politiciens et des intellectuels, alors que l'État d'Israël, bien plus menaçant pour la paix mondiale, la théocratie saoudite ou les pilonnages des États-Unis se présentent comme les garants de la démocratie et le rempart contre le fanatisme. Le problème serait l'islamophobie et non l'Islam :
La islamofobia como problema comienza cuando para los medios, los políticos y los intelectuales el Estado Islámico se convierte en "la gran amenaza para Occidente", valga decir para el mundo entero, mientras el Estado de Israel, mucho más amenazador para la paz mundial, o la teocracia saudí o los propios bombardeos de los EE UU aparecen como garantes de la democracia y bastión contra el fanatismo. El problema es la islamofobia y no el islam.
Puis, en guise de coda ou conclusion, il nous lance son alerte ; l'islamophobie serait l'équivalent dans le miroir de l'islamisme djihadiste, ses discours essentialistes fonctionnent de la même manière, se nourrissent réciproquement et mènent aux mêmes crimes, constitueraient donc un même combat pour ceux qui prennent au sérieux la défense des valeurs laïques, républicaines et de gauche :
Mucho cuidado: la islamofobia es el equivalente en el espejo del islamismo yihadista. Sus discursos esencialistas funcionan de la misma manera, se alimentan recíprocamente y conducen a los mismos crímenes. Si queremos vencer al segundo, tenemos que luchar también contra el primero. Este debe ser el objetivo prioritario e "interesado" de cualquier ciudadano que se tome en serio la defensa de los valores laicos, republicanos y de izquierdas.
À propos du fondamentalisme laïque et de l'interdiction des symboles religieux, sujet très d'actualité... depuis presque trois décennies, Alba Rico se souvient du Benjamin Constant des Principes de politique applicables à tous les gouvernements représentatifs et particulièrement à la Constitution actuelle de la France (rédigés en 1806, publiés en 1815) :
La superstition n’est funeste que lorsqu’on la protège ou qu’on la menace : ne l’irritez pas par des injustices, ôtez-lui seulement tout moyen de nuire par des actions, elle deviendra d’abord une passion innocente, et s’éteindra bientôt, faute de pouvoir intéresser par ses souffrances, ou dominer par l’alliance de l’autorité. Erreur ou vérité, la pensée de l’homme est sa propriété la plus sacrée ; erreur ou vérité, les tyrans sont également coupables lorsqu’ils l’attaquent. Celui qui proscrit au nom de la philosophie la superstition spéculative, celui qui proscrit au nom de Dieu la raison indépendante, méritent également l'exécration des hommes de bien.
Ce chapitre et celui consacré au féminisme sont particulièrement intéressants et perspicaces, et ce n'est pas un sujet facile à aborder.
Vers la fin de son essai, Alba Rico revient à son premier thème de réflexion, la question Charlie Hebdo. C'est comme cela que j'ai eu vent pour la première fois d'un témoignage imposant signé par Halim Mahmoudi qu'il faut lire dans son intégralité et que je me permets de reproduire tel quel pour conclure ce billet. Le prof candide prévient toutefois ses hypothétiques lecteurs que ce tapuscrit déchirant et bourré de sens contient un certain nombre de coquilles. Shokran bsef, Halim Mahmoudi.


Photo de Halim Mahmoudi.





(1) Religion, colonialisme, rappels historiques, solipsisme "occidental", ignorance crasse et insolence grasse de nos experts, les juifs et le Sionisme, nos amis arabes (des gentils un peu méchants ?), les épouvantables tweets arabophobes signés par des ados israéliens (et recueillis par le journaliste canadien David Sheen), narcissisme capitaliste et esclavage (ou diabolisation de l'autre, la femme, l'homo, l'indigène, le noir...), islamismes, racisme, barbaries autochtones, islamophobie arabe, révoltes récentes, gauche, laïcisme, féminisme, Charlie, EI (Daech, et la position de Ramzy Baroud)...
____________________________
HALIM MAHMOUDI est un dessinateur et vignettiste français d'origine algérienne. Il vit à Venerque (Haute-Garonne), commune de l'aire urbaine de Toulouse. C'est l'auteur d'Arabico.



Voici son texte publié le 8 janvier, au lendemain de la tuerie du Charlie Hebdo :
Je suis dessinateur de presse, arabe... mais seulement ami avec Charlie!
Merci pour les messages et les demandes de participations dessinées, mais:
J'allais chez Charlie Hebdo depuis le lycée, ca date! Et puis la dernière fois, c'était en Septembre dernier, j'ai partagé une assiette d'huitres avec Tignous, 3 jours de poilade et d'amitié franche... Alors depuis hier, je n'ai rien pu dessiner.
Depuis hier, je reçois des messages d'amitiés, des pensées, et aussi des demandes de dessins, et de participation. Mais je reste comme un con devant ma feuille blanche.
J'ai compris que c'était l'horreur tout ca, moi qui enfant ai "naturellement" vu circuler des armes, appris à mentir pour que 4 types armés de fusils à pompe ne rentre pas à la maison pour se venger, ou pour ne pas balancer des amis ( dont je comprenais la situation) au RG qui essayaient de nous extorquer des renseignements... jusqu'à l'année dernière encore, où cette fatalité, cette "loi du milieu" à tué 2 de mes potes d'enfance. L'un après l'autre, ils sont mort atrocement et ont fait les faits divers. C'est aussi ca mon âme d'enfant d'immigré. Des choses du passé refont surface....

La laïcité de façade qui m'a fait subir des contrôles d'identité humiliants qui m'ont souillé le coeur et où j'ai dû ravalé ma rage, des soirées niquées parce qu'on ne rentrait pas en boite, une petite amie qui m'a dit sur le seuil de sa porte que c'était terminé parce que ces parents ne veulent pas "que je sorte avec un arabe" ou encore des emplois qu'on me refusait parce que les clients ne comprendraient pas. Des centaines de lettres et aucun entretien d'embauche à passer! Peu de ressources financières, et l'ennui chevillé aux pompes bon marché chez Tati. Les vacances au quartier, ou en colo. Des braqueurs au grand cœur, on achetait des trucs tombés du camions à des prix que la chine ne suivrait pas.. On allait pas chipoter sur la légalité.
Des blancs à la télé, des blancs dans les centre ville, dans les bureau. Même les assistantes sociales qui paradaient chez nous étaient blanche. La rédaction de Charlie, invariablement blanche. Hier encore, quand je suis allé au rassemblement pour Charlie Hebdo, la place du Capitole n'était pas "noire de monde". Elle était blanche! Il y avait quelques personnes comme moi, un peu, dont une femme en Hijab qui portait un panneau ou il n'y avait pas écrit "Je suis Charlie", rien de pro-liberté d'expression. Non! Il y avait juste écrit: "Touche pas à ma France! ". Ca m'a rappelé ma tante qui m'a dit l'autre jour que "les arabes d'Algérie, ils faut s'en méfier, ils veulent profiter, c'est tout!". Et alors ca m'a rappelé que la religion me séparait des miens un peu plus chaque jour. Ca m'a rappelé qu'avant ce repli, il suffisait juste d'être arabe pour se sentir proches, peu importe si tu faisais la prière, si tu respectais ou pas scrupuleusement les piliers de l'islam. Même si je ne cautionne pas cet aveuglement, je le comprends à un point, vous n'imaginez même pas... Bref, on ne mangeait pas de porcs, mais on s'arrachait pas les cheveux sur des étiquettes "Hallal". Et la petite mosquée dans mon quartier d'enfance était encore une salle des fêtes à l'époque. Ils auraient pu en construire une, mais ils ont décidé que la salle des fêtes deviendrait la mosquée. Depuis, on a plus de salle des fêtes hors des pièces sans fenêtre dans une cave où ils ont mis des animateurs de quartier. Et on ne se faisait pas insulter à longueur de journaux, de médias radios, télés, de couverture. Personne pour nous représenter à part des clowns triés sur le volet pour chanter les valeurs républicaines. Ces valeurs qui ont saccagé mon enfance!
On ne représentait pas encore un danger. Mais on était en danger. On l'a toujours été. La pauvreté et la misère, les ghettos sociaux, l'économie parallèle ou la prison, les voies de garages à l'école, l'échec scolaire, le chômage sans perspective d'avenir, et surtout, surtout l'ethnicité: tout ca c'est dangereux. Réellement dangereux.
Et puis, un peu partout, je lis que les bien pensants demandent de ne pas faire d'amalgame.... j'y ai cru, j'ai essayé de les éviter ces amalgames. Toute ma vie, je n'ai fait que ca! Eviter ces putains d'amalgames! Sauf que voilà, ce pays, la France, est bâtie sur l'amalgame: La séparation économique et sociale est ethnicisée. Les visages floutés sur TF1 restent basanés, les dirigeants de ce pays sont tous un peu vieux, pas mal blancs, très masculins. Et ce pays aussi. Quand je suis allé à Clichy-sous-bois l'an dernier, là-bas la population était massivement arabe et noire. A des kilomètres de Paris. Et il y a une sorte de frontière invisible à un moment où tous les passagers du bus deviennent blancs. Et ceux là, ils vont travailler. On passe des sacs de courses aux mallettes de travail. L'amalgame a bâtie la France. Je me suis fait insulté par la police, giflé quelque fois à cause de cet amalgame national. J'ai parfois répondu et j'avais la trouille d'aller trop loin.. de rajouter mon nom sur la liste des centaines de mes frères abattus pas des policiers. Tous ces crimes se sont soldés par des non-lieux, ou de la prison avec sursis. Et en général des promotions pour les assassins.
Alors nous, on est un peu las de ce manège, ca nous fatigue ces valeurs à la gomme, ces vertus inexistantes, cette liberté d'expression à sens unique. On ne dit rien parce qu'être musulman ce n'est pas être Charlie. Enfin plus depuis l'arrivée de Philippe Val en tout cas. Même ce cher Cavanna, ex-pauvre et fils d'immigré italien, le fondateur de Charlie, pleurait d'impuissance parce que Val a pris et changé l'âme de ce qu'était Charlie Hebdo à la base.

Et les médias qui font mine de pleurer, ou de s'insurger devant la barbarie ont armé les criminels qui ont abattu mes amis. Alors si eux sont Charlie, si Val est Charlie, je ne peux pas être Charlie. J'ai trop de respect et d'amour pour hurler avec les loups. Trop de douleur et encore toutes mes facultés mentales en état de marche.
Sinon expliquez moi en quoi mettre une bombe sur la tête d'un prophète est marrant? Ou écrire "traitre" sur le front d'un juif sur une caricature d'avant guerre par exemple? En quoi c'est marrant, expliquez-moi? En quoi Dieudonné ne représente t'il pas le courage du vaillant soldat qui se bat pour exprimer ses idées et convictions? Lui aussi s'est moqué en parlant de Mahomet ou d'Allah, mais il riait de tout, et AVEC tout le monde! Alors elle est où la différence? Je ne comprends pas! En quoi l'acharnement médiatique à vouloir sans cesse dénicher ce qui cloche avec l'islam est-il une liberté d'expression? Bordel, c'est quoi au juste la liberté d'expression?
Ne serait-ce pas la France qui a des gros problèmes d'intégration dans ce siècle? Avec son système vicié, lent, et tout poussiéreux? Ne serait-ce pas pour une fois, l'oppresseur qui aurait tort? Au lieu de nous chanter à longueur de temps qu'on a de la chance dans ce pays parce que dans nos pays d'origine c'est pire. Ou qu'on se plaint, qu'on joue les victimes, comme si tous nous étions paranos!!!?
Que les études du CNRS sur la discrimination à l'embauche au logement sont erronées? Qu' à Amnesty International ils se plantent, quand ils disent qu'il y a une véritable violence répressive à l'œuvre en France à l'égard des populations issues de l'immigration? Que la Halde ne fait jamais suivre les plaintes pour discrimination?
Mais quel Charlie voudriez vous que moi dessinateur de presse et de culture musulmane, je sois? Le Charlie de la bande à Choron, Coluche et Reiser qui rigolait AVEC nous? Ou celui de Philippe Val et d'un Charb qu'humainement j'aimais beaucoup mais qui grillé un fusible et qui rigolait DE nous? Je le lui ait dit à Charb, on était en désaccord mais ca n'empêchait pas que j'ai proposé une autre grille de lecture après l'affaire des caricatures en 2005. D'autres dessins, avec une autre vision. Et rien n'est passé. Ce n'est pas grave, il ne se voyait pas publier ca dans Charlie, c'est son droit. Mais aucun journal n'a suivit. Si Le Monde. Sauf qu'ils m'avaient demandé d'édulcorer et d'enlever certains passages afin que ca puisse être publiable. Alors j'ai refusé. Parce que je n'ai pas une tête à m'appeler Charlie!

Je me sens mal quand il y a un acte terroriste au nom de l'islam. Je me sens mal quand des dessinateurs prennent une caricature pour un dessin d'humour. Comme s'ils n'avaient jamais eu de cours sur l'image. Et je me sens coupable de faire partie de chacun de ces groupes, de les comprendre, de voir qu'ils se trompent sur l'autre, et sur eux-mêmes, parce qu'incapable de parler. L'empire ottoman, celui des Abbassides, et tout le monde arabe en général était malgré la dictature et les violences inhérentes à l'exercice de pouvoirs impérialistes (c'est vrai tu as raison kris krumova, merci émoticône wink) était humain. Je parle des peuples. Les juifs, alors persécutés dans toute l'Europe trouvaient principalement refuge chez nous. Et nombre de nos illustres ancêtres, des savants ou des poètes; pensaient que le domaine de tous les domaines, la quintessence divine n'était pas la science, ni l'art, ni la géométrie, mais bel et bien l'amour et la sexualité. Le moyen par lequel on donne généralement la vie donc! Nous n'incarnions pas la terreur et la mort. Nous célébrions ce que dieu a mit de plus cher à notre disposition: La vie ! Je parle du savoir et des valeurs que ces peuples se transmettaient. Et aujourd'hui, un nombre important des miens, acculés au mur, se sont repliés pour s'opposer, résister pour ne pas être rien pour personne. Ne surtout pas être rien à nos propres yeux. Immigré ici ou là-bas, c'est la même impression d'être partout apatride, mais on ne se l'avoue pas. Et de toute façon à qui, puisque personne n'écoutera ...
Les gens qui savent ce que c'est que de vivre nos vies savent que j'ai édulcoré mes BD pour m'adapter, me mettre au niveau intellectuel et psychologique de ce pays. C'est à dire en dessous de toute volonté de dialogue, d'ouverture, d'objectivité et de réciprocité. Je ne peux pas ouvrir mon cœur à un pays qui me sort des mots à la con comme "diversité" ou "vivre ensemble" et qui diffuse à gogo vidéos et bandes sons du drame sans égard ni pour les familles de mes potes qui sont morts, ni pour la majorité des musulmans que le système médiatique fait souffrir à longueur de temps!
Sinon dites moi où sont passées les vidéos de caméras de surveillance du commissariat de Joué-Les-Tours?
Au fait, à propos des intégristes, je me rappelle qu'ils étaient venu au quartier, j'étais enfant. Des mecs sortis d'une camionnette qui ressemblait à celle de "Retour vers le Futur" quand Doc se fait abattre. Bref, je n'ai pas pensé à ca, mais je me souviens que ma mère ( qui nous élevait toute seule ) les avait vu ( et flairé) et qu'elle m'avait foutu la trouille en me disant que j'aurai affaire à elle si jamais je leur adressais la moindre parole. Voilà je viens d'y penser parce qu'aujourd'hui, c'est ton anniversaire youma... émoticône heart

J'ai reçu quelques messages qui disent que rien ne justifie l'acte terroriste... alors je donc REPETER: Je NE cautionne PAS cet acte effroyable, ce meurtre. Cessez de me relier à cela, je vous remercie! D'autant que j'ai perdu personnellement de bons potes dans l'histoire.
Et je vais donc PRECISER: Dans l'état actuelle des choses où les populations immigrés, noirs, arabes, musulmanes etc. subissaient la ghettoïsation économique, sociale que l'on sait depuis un bail, il ne leur reste que 5% de dignité, une religion, cet espace intime qu'est la foi et qui fait tenir debout dans les situations les plus critiques. Et malgré cette maigre "bandelette de Gaza" intime et psychologue que les musulmans tentent de préserver pour ne pas craquer sous le poids de la mise à l'écart et des insultes répétées, il se trouve malgré tout en France, des gens qui se permettent de s'offusquer qu'on tienne à ce petit bout de territoire privé qu'est leur religion. Au risque de choquer, ca ne m'étonne plus qu'il ce soit trouvé des gens avant la seconde guerre mondiale pour faire circuler de sales blagues antimites en France, à une époque où les juifs étaient à peu près dans la même situation que celle des musulmans aujourd'hui. Finalement, il y a une vraie cohérence dans ce pays les gars, ca c'est une constante bien nationale!

Personnellement, je n'ai jamais compris pourquoi à Charlie ils ne s'acharnaient pas avec autant d'assiduité à la criminalité politico-financière de religion monétaire, et qui finira par tous nous enterrer vivant dans nos petites batailles identitaires. Si nous en sommes là, c'est parce que le système tourne à vide. Sauf qu'en 2014 y'en a qui veulent encore vérifier si les musulmans ont vraiment de l'humour. Sans même se douter qu'il y a des cons vraiment vraiment vraiment partout: Même s'il n'y a pas que cela ( heureusement), il y en a chez les musulmans comme il y en a chez Charlie! Sinon ce bon vieux Siné ne se serait jamais fait viré !
Les miens, les issus de l'immigration, les jeunes, les vieux, les clandos, les blédards, ceux qui virent muslim, modérés ou radicaux, les rappeurs, les intégrés, les rageux, les "viva l'algérie", ceux qui disent "Cheh !" depuis mercredi, ceux pleurent, tous ceux qui se taisent, ceux qui ont peur, ceux qui applaudissent, ceux qui ont la rage, ceux qui ont mal, ceux qui comprennent sans cautionner, ceux qui cautionnent sans comprendre, tous: On critique parce qu'on aime ce putain de territoire Français et ses habitants! Malgré tout le mal qui a été fait, malgré les incompréhensions, la surdité, la peur, l'ignorance que ce pays à envers nous, on l'aime quand-même surtout si ca l'emmerde! Si on l'aimais pas, on serait simplement indifférents. On ne critiquerait rien, on ne provoquerait pas, on ne sifflerait pas la marseillaise, il n'y aurait pas de drapeaux algériens dans les stades, il n'y aurait pas eu le rap, pas de tensions, pas d'émeutes, pas de liens, pas de relation, aucun crime ni passion, pas de blessures, aucune souffrance, pas de tentation Djihadiste, pas d'attentats, pas de drames, ni de moments de joies ( heureusement plus nombreux!). Je sais que Charlie Hebdo s'acharnait sur l'islam avec le même amour. Et la même incompréhension.
Mais tant que les médias n'ouvriront pas leurs ondes et leurs journaux aux uns et autres avec la même attention. Tant que les inégalités sociales et économiques persisteront à s'acharner encore et toujours sur le seul critère racial, alors la vie continuera. On va rire, mais on va pleurer ensemble.
Quoiqu'il arrive ce pays on l'aimera de tout notre cœur, jusqu'à ce que mort s'en suive!

Dernière chose: Ma compagne est française et nous avons ensemble 3 jolies petites princesses aux cheveux frisés et aux yeux bleus pétillants de bonheur! Alors je n'ai aucun intérêt à salir une communauté quelconque. Je n'appartiens à personne! A la maison, ma femme et moi nous représentons l'autorité, le pouvoir. Et nos 3 filles sont le peuple. Si l'une des 3 filles se sent maltraitée, et s'insurge contre nous. Nous ne nous disons pas que c'est de sa faute, que c'est à elle de mieux s'intégrer dans sa famille... vous comprenez? Ma compagne et moi aimons nos enfants, et s'il y a conflit, incompréhension, entre elles et nous, c'est nous que nous allons d'abord remettre en question, dans notre éducation ou autre. Nous lui parlerons, elle s'exprimera, et nous tâcherons de lui montrer qu'on est à ses côtés. C'est donc à l'autorité de se soumettre, car l'autorité est le pouvoir, et à les clés de la résolution des conflits. Le pouvoir d'agir. Ca s'appelle Responsabilité! Et La France doit prendre les siennes, et écouter ses minorités... parce qu'elles font partie de la solution!
Je n'oublie pas qu'il y avait quelques arabes à Charlie, je le savais déjà ca, merci! Mais je tiens à rappeler qu'il y a aussi quelques blancs dans les prisons françaises. Quelques uns, ... alors que pourtant nous vivons en France n'est-ce pas? Mais le cœur de mon texte ne dit pas cela. J'ai écris ce texte parce que je ne veux plus perdre des gens que j'aime de cette façon violente et impardonnable. Et que peu importe le conflit, je choisirai toujours d'aider le peuple. Jamais le pouvoir: Lui il peut se débrouiller tout seul. Et s'il a besoin d'aide, il sait où me trouver... Si ce pays ne veut plus jamais subir une telle tragédie, alors il a tout intérêt à se demander pourquoi elle est arrivée. Et de comprendre pourquoi les principaux clients de ses groupes intégristes se recrutent dans les pays les plus pauvres de la planète, et dans les couches sociales les plus abandonnés de son territoire aux allures de pays éclairé! Pas en Arabie Saoudite, ou au Qatar ( eux ils financent) mais au Nigéria, au Maghreb, en Syrie etc...
Un intégriste n'est pas un islamiste, c'est tout au plus un Misériste!
Ce n'est pas l'islam qui l'a façonné. C'est la misère!
Même un enfant comprendrait ca !!!!!

Bon aller, merci pour ces messages de soutien, ces demandes de dessins, des chaines de solidarité sont nécessaire je pense, mais là j'atteins l'overdose. Cette journée de deuil national est un cache misère... Le terme "national" ne me parle absolument pas. Et par certains côtés oui, je suis comme Charlie, mais je ne suis pas Charlie!
J'ai un pied dans le monde arabe, un pied en occident
Un pied dans les quartiers et l'autre en France
Un pied dans le dessin de presse et l'autre dans la vie de tous les jours
Un pied chez Charlie Hebdo, un pied au cul de Charlie Hebdo
Un pied dans les médias alternatifs et l'autre dans les journaux
Un pied dans l'anonymat et l'autre dans la l'auto-censure
Un pied dans la douleur, et l'autre dans la colère.

Halim
"Je l’ai regardé sans haine, peut-être sans peur, et j’ai vu son expression changer. Je ne saurais pas dire de quelle façon, mais il a changé. Soudain, il a perdu son aplomb. "
Sigolène Vinson ( rescapée de l'attentat de Charlie Hebdo, à propos de son agresseur) .

RIP Charlie...

NOTE :  Pour compléter ce témoignage, on dispose de deux lectures pertinentes dans Le Monde diplomatique d'août 2015. D'abord, un article de l'écrivaine palestinienne Sahar Khalifa, Femmes arabes dans le piège des images, nous rappelant, entre autres, qu'après la défaite du dirigeant égyptien Gamal Abdel Nasser, en 1967, les États-Unis et leurs alliés arabes... 
"apportèrent un soutien massif aux islamistes afin d'étouffer le nationalisme progressiste, à coups de millions de dollars. Les Frères musulmans, qui laissaient jusqu'alors le peuple indifférent, montèrent en puissance. La situation de notre région dans les années 1970 et 1980 ressemble beaucoup à celle de l'Afghanistan au moment où les Américains (sic) prêtaient main forte aux islamistes, et notamment à Oussama Ben Laden, pour contrer les communistes."
Puis, une enquête du journaliste Pierre Daum publiée à double page, Islam et relégation urbaine à Montpellier, dont voici le chapeau :
« Comme une grande prison dont les détenus auraient la clé »

Islam et relégation urbaine à Montpellier

Décrit tantôt comme une menace pour l’identité nationale, tantôt comme une idéologie guerrière, l’islam fait l’objet d’attaques incessantes dans les médias ou de la part de dirigeants politiques. Mais on aborde rarement cette religion dans sa pratique quotidienne : qu’est-ce qu’être musulman dans une société qui condamne les immigrés et leurs descendants à la ségrégation ? Exemple à Montpellier.
(...)
_____________________________
MISE à JOUR du 29/09/2015 :

L'Islamophobie racialisée et le racisme en général s'expriment souvent en direct sur les meilleurs plateaux. Voyons-écoutons les "propos" répétés de Nadine Morano.


Aucun commentaire: