jeudi 2 décembre 2010

Rétrospective Peter Watkins à Paris

Peter Watkins (Norbiton, Angleterre, 1935) est une individu d'une indépendance rarissime qui a roulé sa bosse un peu partout tout au long d'une vie intense. Cinéaste de la génération de Ken Russell, auteur notamment de La Commune (Paris 1871), il est en plus, et peut-être surtout, un grand analyste et contempteur des médias de masse audiovisuels. À ce propos, il a même théorisé le concept de "monoforme" (Cf., en castillan, Angel Quintana (ed.): Peter Watkins. Historia de una resistencia; Festival Internacional de Cine de Gijón, 2004. Cliquer sur le lien ci-contre pour lire une petite intro sur la monoforme en castillan).
J'apprends —par un courrier envoyé par Samantha Lavergnolle, de l'association Rebond pour la Commune— qu'il y a ces jours-ci une rétrospective des films de Peter Watkins au Cinéma Reflet Médicis, à Paris (3 rue Champollion, dans le V, Métro St Michel ou Odéon). Elle a commencé hier, 1er décembre 2010, et se tiendra jusqu'au 21 décembre, minimum. On a prévu également une tournée en province courant 2011 : Perpignan, Nice, St-Étienne...
Dans son courriel, Samantha Lavergnolle insère une citation de Jean-Pierre Le Nestour :
"Peter Watkins est un phénomène. Un champignon rare dans une époque vénéneuse. Une comète récurrente dans le ciel pâle du cinéma contemporain. Un génie sans doute... A coup sûr un honnête homme. Et c'est le grand mérite de cet homme-là que d'avoir survécu à presque tout. Physiquement, intellectuellement et artistiquement. Des bombardements de la Luftwaffe aux assauts conjugués de la bêtise, du conformisme et de la censure (...) en quarante ans de carrière insolemment libre, il nous livre une poignée de films cultes, et une furieuse indépendance."
Jean-Pierre Le Nestour, extrait de l'introduction du livre Médias Crisis de Peter Watkins, éditions Homnisphères.
On peut accéder à son dossier de presse en cliquant sur ce lien-ci.

La Commune est un film sorti en 2000 comportant 375 minutes de durée (présentées en deux parties). C'est un faux documentaire (les faits sont fictifs, voire anachroniques, illustrant des faits historiques) dont voilà la synopsis (extraite de Wikipédia) :
Napoléon III perd la guerre contre la Prusse après un siège de Paris particulièrement dur pour le peuple parisien. Nous sommes en 1870-1871 et la misère est grande. Le 17 et 18 mars 1871, le peuple parisien, qui refuse la capitulation, se révolte. La Commune de Paris est née.
Alors que la télévision versaillaise rapporte l'évènement de façon partielle et orientée, une télévision communarde se crée et s'organise pour relayer ce moment qui, bien que majeur dans l'histoire du mouvement ouvrier, reste néanmoins l’une des périodes les plus méconnues de l’histoire de France.
Les équipes de télé se rendent sur les lieux où vit la Commune : mairie, barricades, clubs féministes, etc. et procède à des interviews pour rendre compte à la population de la réalité. Les gens disent leurs rêves, leurs révoltes, leurs combat et opposent leur opinions...
En voici, insérée, la vidéo de la première partie :


Aucun commentaire: