dimanche 22 janvier 2017

Lettre de Cédric Herrou au procureur de Nice

Le 8 janvier s'est constitué un Comité de soutien aux citoyens solidaires des Alpes-Maritimes. Pourquoi ? Laissons-les s'expliquer :
Le Comité de Soutien aux Citoyens Solidaires des Alpes-Maritimes s’est constitué en réponse à l’interpellation et aux poursuites judiciaires de citoyens ayant porté secours de manière désintéressée à des personnes en difficulté.
La condamnation des actes de solidarités citoyens se généralise en France et en Europe, particulièrement dans le cas de personnes de nationalités étrangères. Cela a été le cas dans la région de Calais et depuis plusieurs mois dans notre département, particulièrement dans la vallée de la Roya.
Les contrôles policiers et militaires mis en place dans le cadre de l’état d’urgence ont donné lieu à de nombreuses interpellations de personnes diverses, migrantes ou citoyens solidaires, souvent basées sur un délit de faciès instauré en règle. Ces pratiques menacent la paix de notre société et la liberté de chacun.
De nombreux procès sont en cours et de multiples interpellations ont eu lieu ces derniers mois. Pour cette raison, le site internet du comité de soutien aux citoyens solidaires du 06 a vocation à documenter les cas d’interpellations et de poursuites judiciaires passées et en cours dans les Alpes-Maritimes. Le comité entend également se constituer en réseau de solidarité dans le cadre de ces procédures afin de soutenir les personnes concernées par une mise en relation avec des avocats spécialisés, avec les associations existantes déjà mobilisées notamment sur les frais de justice.
Nous invitons les personnes concernées à nous contacter.
Au-delà des cas particuliers des personnes interpelées et/ou poursuivies, le comité de soutien entend défendre et promouvoir la solidarité, en tant que valeur et principe indispensable à la constitution et la pérennité du groupe social dans lequel nous voulons vivre. En effet, ces condamnations mettent en péril les fondements de notre société, les droits humains les plus essentiels tout comme les principes républicains de liberté, d’égalité et de fraternité qui constituent le socle de notre « vouloir vivre commun ».
Le comité est constitué de citoyens auxquels s’associent personnalités publiques et associations.
Nous invitons toutes personnes conscientes des dangers et des dérives potentielles de telles condamnations et partageant notre conviction que la solidarité doit primer dans notre société, à nous rejoindre en remplissant le formulaire accessible ici

Hier 21 janvier, le site Citoyens solidaires du 06, du Comité de soutien aux citoyens solidaires des Alpes-Maritimes, publie ce qui suit et que j'ai l'honneur de relayer :

Lettre de Cédric Herrou au Procureur de Nice Jean-Michel Prêtre

Suite à l’arrestation de Morgan, Lucille et Cédric, ce dernier écrit au procureur qui, après une intervention musclée, a libéré tous les prévenus sans aucune poursuite judiciaire malgré plus de 36h de garde à vue et d’énormes moyens mobilisés : près de 30 policiers casqués et armés, une mobilisation des militaires du dispositif « sentinelle », des lunettes infrarouges, des enquêteurs en civil ainsi qu’un drone. Le bilan de cette opération se réduirait à l’arrestation de ces 3 mineurs que Cédric avait pris en charge depuis plus d’un mois et pour qui il demandait aux pouvoirs publics une prise en charge. Ce bilan inclut aussi le traumatisme de l’infirmière de Médecins du Monde sur qui un policier a pointé son arme en hurlant, l’agression du journaliste de Libération plaqué au sol ayant subit par 2 fois une clé au bras et bien sur le choc vécu par ces enfants soudanais.

signal985251-perquisition-arrestation-herrou-laurent-carre-9745-2jpg
Monsieur le procureur,
Vous avez fait pleurer ma mère, mon père.
Vous avez arrêté mon frère, mon amie.
Vous nous avez mis sous les verrous, traités comme des chiens, des malfrats.
Vous avez ordonné à une trentaine de gardes mobiles, armes aux poings, d’entrer sur mes terres, prendre ces trois enfants sans parents, qui attendent chez moi, depuis plus d’un mois d’être pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance.
Ces enfants ont connu la guerre, la torture, l’esclavagisme.
Ces enfants que je protège
Ces enfants qui m’ont donné leur confiance.
Vous avez au nom de votre France, violé les droits de l’Enfant!
Ils attendaient sécurité de la part de notre pays!
Vous me savez sensible aux personnes que j’aide, aux personnes que j’aime.
Vous savez que ma liberté ne s’arrêtera pas aux barreaux de vos prisons et vous tapez là où ça fait mal !!!
Sachez Monsieur le Procureur que je resterai fidèle à mes convictions, que ma France, que notre France, continuera à défendre les droits des hommes, des femmes, des enfants présents sur le sol français au nom de nos valeurs qui fondent la République Française.
Ne pensez pas que je suis seul, nous sommes des milliers, des millions!
Chacun son métier, le mien c’est agriculteur, le vôtre c’est de faire respecter la Loi. Loi qui protège et fait que le vivre ensemble soit la règle primordiale de notre démocratie.
Vive notre France
et …..celle que tu représentes

Et l’article le plus complet à ce jour est celui de Médiapart, il est accessible ici 

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpermalink.php%3Fstory_fbid%3D1713567675554457%26id%3D1707778992799992&width=500

Aucun commentaire: